Elle pirate Windows et Microsoft Office et écope de six mois de prison

 

Une femme a été condamnée à 6 mois de prison et 3600 euros d'amende pour avoir piraté Windows et Microsoft Office en Espagne. D'après les autorités espagnoles, elle avait installé une version piratée des logiciels sur deux ordinateurs de son établissement à Madrid  Malgré plusieurs appels devant les tribunaux, elle a aussi été condamnée à indemniser Microsoft du prix des licences piratées. 

microsoft office 2019

En 2017, la Police nationale espagnole a découvert qu'une femme avait installé une version pirate de Windows et de Microsoft Office sur deux des huit ordinateurs d'un espace d'accès informatique à Madrid, rapportent nos confrères d'El Mundo. Le média ne précise pas comment les forces de l'ordre ont découvert les versions piratées exploitées au sein de l'établissement.

La jeune femme a été déférée devant les tribunaux pour crime contre la propriété intellectuelle. Á l'issue du procès, elle a été condamnée. Soucieuse d'échapper aux poursuites, elle a fait appel à deux reprises à la décision du tribunal. En vain. La Cour suprême espagnole, le tribunal au sommet de l'organisation du pouvoir judiciaire du pays, a finalement statué en sa défaveur après deux ans de procédure.

Lire également : Microsoft s’apprête à dévoiler l’une des plus importantes mises à jour de Windows

Six mois de prison et 3 600 euros d'amende pour avoir piraté Windows et la suite Office

La jeune femme n'échappera donc pas aux sanctions décidées en 2017. Accusée de vol de propriété intellectuelle, elle a été condamnée à six mois de prison et 3 600 euros d'amende. Le tribunal a aussi exigé qu'elle indemnise Microsoft du coût intégral des deux licences, Windows et la suite Office (Excel, Powerpoint, OneNote, Outlook, Access et Word).

Il est plutôt rare que des sanctions aussi dures soient mises en place par les tribunaux pour des faits de cet acabit. En règle générale, les affaires d‘infraction à la propriété intellectuelle concernent plutôt le piratage de films ou de séries en peer to peer. D'après le média espagnol, les juges ont probablement voulu faire un exemple afin de mettre en garde les internautes. Que pensez-vous de la peine décrétée par la justice espagnole ? On attend votre avis dans les commentaires ci-dessous.

Source : El Mundo



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !