Xiaomi Surge S1 : le premier processeur maison de Xiaomi s’attaque à Qualcomm

Xiaomi a dévoilé le Surge S1, son premier processeur mobile fabriqué en interne pour ses futures générations de téléphone ! Après 2 ans de conception, nous pouvons enfin découvrir officiellement celui que l’on connaissait sous le nom de code « Pinecone » il y a peu, un processeur milieu de gamme intéressant qui rentre dans la lutte.

Xiaomi Surge S1

Nous connaissons tous le constructeur Xiaomi pour la qualité et les prix contenus de ses smartphones sur le marché, quand bien même il ne vend pas officiellement ses appareils en Europe mais sur quelques marchés asiatiques uniquement.

Mais à l’occasion du Mobile World Congress 2017, salon sur lequel il n’est toutefois pas présent cette année, celui-ci vient de dévoiler son nouveau processeur maison connu sous le nom de « Pinecone » auparavant : voici venir le Surge S1 !

Xiaomi Surge S1, le processeur maître du milieu de gamme

Ceux qui s’attendaient à ce que le constructeur fasse directement la concurrence avec le Snapdragon 835 vont être déçus : ce nouveau processeur se place plutôt en concurrence directe avec le Snapdragon 625 destiné au milieu de gamme, mais compte bien le surpasser.

Pour cela, il s’équipe de 4 coeurs A-53 cadencés à 2.2 GHZ et 4 coeurs A53 cadencés à 1.4 GHz. Les 4 coeurs les plus puissants étant surcadencés par rapport au 625 (2.2 GHz contre 2 GHz), Xiaomi peut déjà avancer de meilleures performances pour sa puce en benchmark :

La partie processeur ne fait pas tout sur mobile. Concernant le GPU, le constructeur chinois a décidé d’intégrer la puce 4 coeurs Mali-T860 dont la particularité est d’avancer les mêmes performances que sa génération précédente mais avec une consommation énergétique en baisse de 40%. Là encore, face à l’Adreno 506 du 625, il sort vainqueur haut la main :

Les performances pures de ce SoC sont donc bien présentes, mais qu’en est-il du reste ? Xiaomi a fait en sorte d’intégrer tout ce que l’on attend d’une puce performante : technologies AFBC et ASTC, DSP 32 bits pour la voix, double ISP 14 bits, algorithme de réductions du bruit et autres sécurités intégrées.

Mais le trait le plus remarqué a à voir avec son modem, fabriqué entièrement en interne. Celui-ci est reprogrammable à volonté, et Xiaomi annonce que les bandes de base supportées peuvent être mises à jour dans le temps grâce à une simple mise à jour OTA.

Autant dire que cela donne espoir pour l’expansion à l’international de la marque. Nous aurons l’occasion de tester de manière plus approfondie ce nouveau processeur grâce au Xiaomi Mi5C. Mais pour le moment, sur le papier, nous sommes déjà conquis.

Réagissez à cet article !
  • mat

    C’est mediatek qui ne va pas être content si xiaomi mets ses propres soc a la place de mediatek dans une partie de ses mobiles.
    Après xiaomi a intérêt a faire évoluer ses fréquences réseaux aussi si il veut mieux séduire encore.
    Et aussi a voir si les drivers de ses nouveaux soc seront disponible pour des roms customs très apprécier de la communauté quand le constructeur ne veut plus mettre les mises a jour officiellement android supérieur.
    mais bon sinon un autre concurrent cela ne peut pas faire de mal.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
cd5678abf8ef2b3bd78b70c26696ccb6[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[