Snapdragon 810 : les problèmes de surchauffe confirmés, quels impacts sur ses performances

Date de dernière mise à jour : le 13 avril 2016 à 9 h 51 min

Initialement prévu pour équiper la quasi totalité des flagships Android de 2015, le processeur Snapdragon 810 n’est finalement présent qu’au sein de quelques modèles parmi lesquels le LG G Flex 2, le HTC One M9 ou encore le Sony Xperia Z4 officialisé la semaine dernière. Au cours du week end, le site américain Ars Technica a publié une série de tests relativement intéressants visant à définir les impacts liés aux problèmes de surchauffe du dernier Soc de Qualcomm sur ses performances.

Snapdragon 810

De nouveaux tests du Snapdragon 810 face à la concurrence.

Comme vous le savez déjà, lors d’une utilisation prolongée, le Snapdragon 810 a une facheuse tendance à surchauffer. Ainsi, lorsqu’il atteint une température maximale, un mécanisme appelé « throttling » se met en route pour réduire sa fréquence et faire redescendre sa température. Bien évidemment, une fois ce mécanisme activé, ses performances s’amoindrissent également.

Protocole de test

Les tests que nous propose aujourd’hui Ars Technica ont été réalisés à partir d’une version privée de l’outil de benchmark, Geekbench, et permettent de comparer le comportement du dernier Soc de Qualcomm face à la concurrence et aux modèles antérieurs lorsque celui-ci est sollicité par des tâches trop gourmandes. Par souci de cohérence, seulement deux cœurs sont sollicités de façon à simuler un scénario d’utilisation plus réaliste.

Le test a été réalisé sur les appareils suivants :

  • LG G Flex 2 et HTC One M9 (Snapdragon 810)
  • Galaxy Note 4 (Snapdragon 805)
  • Galaxy S6 (Exynos 7420)
  • HTC One M8 (Snapdragon 801)
  • Nexus 5 (Snapdragon 800)

Snapdragon 800 vs 805 et 801

Le test a d’abord été lancé sur les Nexus 5, HTC One M8 et Galaxy Note 4 qui ont tous les trois enregistrés de bonnes performances. Alors que la fréquence du Snapdragon 800 a progressivement chuté de 2,3 GHz à 1,6 Ghz, celle du Snapdragon 801 est restée stable au cours des 15 minutes de test. De son côté, le Snapdragon 805 a tourné à 2,7 GHz pendant un certain temps avant de chuter à 1,7 GHz pour ensuite revenir à 2 GHz.

Snapdragon 810 vs Snapdragon 805

Dans le cas du Snapdragon 810, ici testé sur le LG G Flex 2, c’est un peu plus compliqué. En cas de « throttling », les cœurs A57 passent le relais aux cœurs A53 pendant quelques secondes, néanmoins même lorsque les cœurs A57 fonctionnent, le Soc atteint rarement sa cadence maximale de 2 GHz et finit par chuter entre 850 MHz et 950 MHz avec quelques pics à 1,3 GHz.

Dans le cas du HTC One M9, ici testé en mode « haute performance » et en mode classique, les performances sont légèrement supérieures au LG G Flex 2. Néanmoins, encore une fois, le Soc a du mal à atteindre sa cadence maximale et oscille, la plupart du temps, entre 1,2 GHz et 850 MHz.

Exynos 7420 vs Snapdragon 805 et 810

Egalement composé de quatre cœurs A53 et quatre cœurs A57, le processeur Exynos 7420 du Galaxy S6 maintient sans difficultés sa vitesse maximale de 2,1 GHz pendant plusieurs minutes avant de ralentir un peu lors du « throttling ». Globalement, la puce refroidit assez rapidement et repart ensuite à une cadence de 2,1 Ghz. Sa vitesse d’horloge minimale est d’environ 1,2 GHz soit 200 à 400 Mhz de plus que le Snapdragon 810 lors des mêmes tests.

En conclusion

Bien que le Snapdragon 810 et l’Exynos 7420 proposent la même configuration, les deux Soc ne se comportent pas du tout de la même façon là où leurs performances respectives auraient du être quasimdent identiques. Comme le met en avant Ars Technica, le Soc de Qualcomm peut afficher des ralentissements après seulement une ou deux minutes d’utilisation.

Une différence sans doute due au fait que le premier est gravé en 20 nm et le second en 14 nm mais pas seulement. Il est également possible que Samsung maîtrise mieux les cœurs d’ARM que Qualcomm. Un problème qui sera sans doute résolu avec le Snapdragon 820 pour lequel Qualcomm utilisera des cœurs maison (Kryo) et qui sera vraisemblablement gravé en 14 nanomètres par Samsung.

Bien évidemment, le plus inquiétant au vu de ses derniers test, c’est qu’on constate que le Snapdragon 810 est parfois plus lent que le 805 ou le 801 sur certaines tâches et on comprend pourquoi LG a visiblement décidé d’opter pour un Snapdragon 808 avec son LG G4.

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • cyril

    Il y a un truc que je n’arrive pas à saisir dans ces graphiques. A quel moment peut on savoir le temps que met chaque téléphone pour faire les taches X ou Y et surtout quels scores obtiennent-il sur les différents tests ?
    Car dans votre conclusion vous parlez du S810 qui est plus lent que le S801 ou s805 pour certaines taches, mais comment faites-vous pour connaitre le temps d’une tache ? mis-à part en regardant l’aspect visuel de la courbe et le temps que dur un pique de fréquence, mais c’est assez peu précis et pas forcément représentatif du temps d’une tache car la fréquence s’effondre à la moindre surchauffe.

    En tout cas on remarque que le S801 adopté fin 2014 est vraiment très stable.

    • Jean-Louis Pétrod

      Lent en terme de fréquence. Sinon le test en lui même dure 15 minutes.

      • cyril

        Alors cette phrase contredit votre précision ?
        « ’on constate que le Snapdragon 810 est parfois plus lent que le 805 ou le 801 sur certaines tâches »
        Car la fréquence qu’elle soit faible ou élevée, ne traduit pas forcément la rapidité d’une tache. Surtout lorsqu’on compare des processeurs aux architectures différentes.

        En tout cas je n’arrive vraiment pas à comprendre comment vous pouvez analyser de tels graphiques. Lorsque je regarde le G flex par exemple, vous dites que le processeur n’atteint jamais(ou presque) sa fréquence maximale. Le problème c’est qu’on ne connait pas la nature de la tache qui est demandée à ce processeur. Peut etre que c’est une tache basique et que le kernel décide de n’utiliser que les 2/3 des performances disponibles, car je doute fortement que le S810 soit incapable de monter à sa fréquence maximal ne serait-ce que quelque secondes. La surchauffe n’existe pas encore au début du test normalement.
        Refaire les même tests dans un congélateur aurait clairement montré le phénomène de throttling, là ce n’est pas vraiment évident. Même si on connait tous le problème de ce soc.

        • Lequidam

          +1. On tourne autour du pot avec ce processeur. On sait qu’il pourrait faire bien mieux s’il avait été bien conçu, mais concrètement, on n’arrive pas à montrer le souci.

          Je pense qu’il faudrait faire comme suit :

          – comparer le comportement d’un tel sous S810 avec un tel sous S801 à écran équivalent, avec un protocole simple : redémarrer les 2 tels, puis lancer une appli gourmande en perfs (type jeu 3D)

          – refaire le même test après avoir mis le tel sous S810 au congélo (un peu comme avec le Nexus 4 à l’époque)

        • Provoc

          « on ne connait pas la nature de la tache qui est demandée à ce processeur »
          Les mesures de ce graphe sont faites sous Geekbench modifié. Donc, un test exigent qui nécessite l’utilisation des 4 core les plus puissants.
          Si les SoC basculent entre ses core et varient leurs fréquences, ce n’est pas dû à une régulation normale lier au besoin, mais à une régulation lier à la surchauffe.

          « Car la fréquence qu’elle soit faible ou élevée, ne traduit pas forcément la rapidité d’une tache. Surtout lorsqu’on compare des processeurs aux architectures différentes. »
          Tout à fait, surtout si la comparaison était faite avec la série A d’Apple ou la gamme Nvidia, qui ont une architecture différente.
          Mais dans le cas du 810,805, 801 et 7420, les SoC sont relativement proches.
          Et les graph deviennent encore moins avantageux pour le 810, quand on tient compte que le « rendement » Puissance/Fréquence est meilleur sur le 7420. Donc, chaque abaissement de fréquence lui est encore plus préjudiciable…
          Reste que le 810 est indigne de Qualcomm. Il aurait mieux fait de retarder sa sortie. Car le sérieux de la société va en prendre un coup…

  • Julio Leandro

    Pour moi les gens qui achètent un smartphone avec ce soc 810 se font carrément entuber j’en voudrais même pas donner ou alors je le revendrait direct.

    • lemaitre

      Mdr c’est claire

    • Romain Leroy

      c’est pas de leurs fautes. ils n’ont pas la technologie pour gravé en 14 nanomètres. c’est pour sa que les futur processeur de Qualcomm seront gravé par Samsung. ^^

  • gloire cortes

    Le dragon de chez qualcomm crache un peu trop de feu à mon avis