Shell veut contourner l’interdiction des voitures thermiques en 2035 avec du carburant plus propre

 

Alors que l’interdiction de la vente de voitures thermiques en Europe se profile à grands pas, le géant du pétrole Shell cherche à tout prix à rester dans la course. Il se pourrait qu’il ait trouvé la solution pour cela : du carburant neutre carbone. En effet, la législation européenne ne précise pas que les carburants thermiques seront interdits, mais seulement ceux qui polluent.

station essence

Dans à peine plus de 10 ans, les constructeurs automobiles n’auront plus le droit de commercialiser des véhicules thermiques en Europe. L’Union souhaite bien évidemment une transition plus radicale vers l’électrique par cette mesure, bien que les conducteurs pourront toujours rouler avec leur ancienne voiture après la mise en vigueur de la législation. Pour autant, l’électrique n’est pas la seule alternative envisagée par la Commission. En effet, le texte stipule seulement que les véhicules en circulation devront utiliser un carburant neutre en carbone.

Autrement dit, les moteurs thermiques seront toujours toujours autorisés sur le territoire, à condition qu’il respecte cette règle immuable. Une opportunité que Shell, l’un des plus géants mondiaux du pétrole, compte bien ne pas laisser passer. Pour rester dans la course, la firme a décidé de s’associer avec Global Bionergeries dans un objectif limpide : créer un carburant qui respecte le règlement européen. La promesse a de quoi faire rêver : des émissions de CO2 réduites à 70 % par rapport au carburant traditionnel sur tout le cycle de production.

Sur le même sujet — Prix de l’essence : les applications pour trouver du carburant pas cher

Shell veut continuer à vendre de l’essence, mais plus propre

Pour cela, l’entreprise prévoit d’utiliser des matières végétales ” avec exactement les mêmes molécules que celles du pétrole », précise-t-elle. Pour en découvrir la teneur, il faudra cependant se montrer encore un peu patient. Shell et Global Bioenergies restent pour l’heure relativement vagues sur leur projet, et les premiers tests n’ont pas encore été dévoilés. Toutes deux espèrent tout de même commercialiser leur nouveau carburant d’ici 2035.

« Nous sommes impatients de collaborer avec Shell sur cette importante étude », a déclaré Marc Delcourt, directeur général de Global Bioenergies. « L’adoption de véhicules électriques continue de progresser, mais il est clair que les moteurs à combustion interne auront encore un rôle à jouer pendant de très nombreuses années. Nous pensons que l’avenir du transport routier repose sur un mix énergétique maximisant le rôle des ressources décarbonées, dans lequel les biocarburants seront essentiels. »



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !