Pourquoi pirater des mangas et des animes va devenir bien plus risqué

 

Les ayant-droits en ont assez que les internautes téléchargent illégalement leurs mangas et animes. D’ici avril 2022, une nouvelle alliance regroupant des centaines de sociétés verra le jour avec un objectif clair : empêcher le piratage de leur contenu. Son influence s’étendra partout dans le monde pour inciter les autorités à retrouver la trace des pirates.

manga
Crédits : Unsplash

Le piratage a toujours été une sacrée épine dans le pied des ayants droit. Bon nombre de tentatives ont vu le jour, avec, pour la plupart, des résultats mitigés. Face à la relative inefficacité des gouvernements sur ce sujet, les entreprises tentent depuis quelques années de prendre les choses en main. En 2019, notamment, les grands noms du streaming se sont alliés pour définir le partage de compte comme similaire au téléchargement illégal.

Une alliance similaire verra bientôt le jour d’ici avril 2022. Baptisée International Anti-Piracy Organization (IAPO), cet organisme aura en premier lieu pour but de lutter contre le piratage de mangas et d’animes, qui a significativement gagné en popularité ces dernières années. Il sera en majeure partie composé du groupe japonais Content Overseas Distribution Association (CODA), représentant 32 entreprises dont Aniplex, Kadokawa ou encore Kodansha.

Sur le même sujet : La France adopte une nouvelle loi contre le piratage, adieu les sites d’IPTV ?

Les ayants droit de mangas et animes partent en guerre contre le piratage

« Nous prévoyons de lancer la nouvelle organisation vers le mois d’avril de cette année et de partager les informations sur les sites de piratage compilées dans chaque pays et de les fournir à la police du pays où se trouvent les serveurs, par exemple », explique Masaharu Ina, directeur de CODA et de Toho Films. L’IAPO sera également rejoint par la Motion Picture Association (MPA), composé entre autres de Disney, Netflix, Paramount, Sony, Universal, et Warner Bros.

Enfin, la China Copyright Association (CCA) et ses 450 ayant-droits ainsi que plusieurs groupes sud-coréens et vietnamiens complèteront la liste. Au total, ce seront 13 pays qui seront impliqués dans un dispositif visant à aider les autorités mondiales à mener leurs enquêtes contre les pirates. Ce n’est pas la première fois qu’une telle alliance voit le jour. En 2017, plus de 30 géants du divertissement se sont regroupés pour créer l’Alliance for Creativity and Entertainment, une organisation luttant contre le téléchargement illégal.

Source : Torrent Freak



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !