Netflix : un film le traite de barbu, il porte plainte contre la plateforme

 

Un jeune Niçois de 21 ans a déposé plainte contre Netflix après la diffusion d’un film dans lequel il est apparaît sans avoir donné son autorisation. Dans la description audio de celui-ci, il est notamment décrit comme un « barbu », ce qu’il considère comme un amalgame entre ses origines maghrébines et le fondamentalisme religieux. Netflix n’a pas souhaité commenter.

Netflix plateformes de streaming
Crédits : Unsplash

Alors qu’il se baladait sur la Promenade des Anglais, un jeune homme s’est fait filmer à son insu. Ce n’est que plus tard, lorsqu’il a visionné le film Sentinelle sur Netflix, qu’il découvre que son image a été diffusée sans son autorisation. Si la situation est déjà à la limite du légal, elle s’empire lorsque l’on écoute l’audiodescription du métrage.

En visant l’électricien avec son fusil, Olga Kurylenko, qui incarne l’héroïne de Sentinelle, déclenche la description suivante : « Deux jeunes barbus munis de sacs à dos se serrent la main et se séparent ». Un qualificatif qui n’a pas plu au principal intéressé. Ce dernier indique avoir reçu plus de 80 messages de la part de proches, souvent choqués par le mot utilisé par les équipes du film.

Sur le même sujet : Netflix révèle la liste des 10 films les plus regardés de son catalogue

Netflix fait l’objet d’une plainte pour incitation à la haine raciale

« Le réalisateur s’est autorisé à faire un lien entre l’aspect maghrébin des personnes filmées, qui plus est sans leur autorisation et sur les lieux mêmes de l’attentat du 14 juillet 2016, et les fondamentalistes religieux. C’est inadmissible, cela sous-entend que toute personne d’origine maghrébine est potentiellement un terroriste », explique l’avocat du jeune Niçois, qui a décidé de porter plainte. Celle-ci estime que Netflix est coupable de « provocation publique à la discrimination, à la haine raciale ».

Une action civile pour « exploitation d’image à des fins commerciales sans autorisation » est également envisagée. En France, la loi indique qu’il est permis de filmer une personne dans un lieu public sans son autorisation dans la mesure où son visage n’est pas aisément reconnaissable. Interrogé par l’AFP, Netflix n’a pas souhaité faire de commentaire. L’audiodescription a toutefois depuis été modifiée. Le terme « barbus » n’y apparaît plus.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !