Amazon : 5 fournisseurs de la firme ont recours aux camps de concentration Ouïghours

 

Une enquête édifiante du Tech Transparency Project démontre les liens entre 5 fournisseurs d’Amazon et les camps de concentration Ouïghours. Trois d’entre eux ont directement recours au travail forcé de cette population, tandis que les deux autres font eux-mêmes appel à des sous-traitants impliqués dans cette opération.

amazon délais retour prolongés

Si Amazon assoit aujourd’hui sa suprématie sur le monde de l’e-commerce, c’est en grande partie à la sueur de ses employés. On ne compte plus le nombre de rapports et de témoignages inquiétants des salariés dénonçant les conditions de travail abominables mis en place par le géant du web. On se souvient notamment de la tristement célèbre affaire des employés britanniques contraints d’uriner dans des bouteilles pour atteindre leurs objectifs. Mais aujourd’hui, Amazon a franchi un nouveau cap.

Il aurait presque été étonnant qu’Amazon ne soit nullement impliqué dans l’exploitation des Ouïghours. Aujourd’hui, nous en avons la preuve. Selon une enquête du Tech Transparency Projet, cinq fournisseurs de l’entreprise ont un lien direct avec les camps de concentration de la zone de Xinjiang, en Chine : Luxshare Precision Industry, AcBel Polytech, Lens Technology, GoerTek et Hefei BOE Optoelectronics.

Amazon est impliqué dans l’exploitation des Ouïghours en Chine

Les trois premiers utilisent directement la main-d’œuvre Ouïghoure, tandis que les autres sous-traitent eux-mêmes leur production à des entreprises ayant recours aux camps de concentration. Difficile à ce stade de savoir quels produits sont issus du labeur des Ouïghours. Amazon précise que ses fournisseurs sont chargés de la production des articles Amazon Basics et Amazon Essentials, ce qui couvre un large éventail d’objets allant des liseuses Kindle à la nourriture pour animaux.

Sur le même sujet : Amazon censure ses clients et bloque les notes sur le livre du président chinois Xi Jinping

Officiellement, Amazon exige que ses fournisseurs « ne doivent pas avoir recours au travail forcé » et qu’il « ne tolère pas les fournisseurs qui pratiquent le trafic de travailleurs ou qui, de toute autre manière, exploitent les travailleurs par la menace, la force, la coercition, l’enlèvement ou la fraude. » Un engagement qu’il peine visiblement à respecter. À ce jour, Luxshare et AcBel font toujours partie de la liste fournisseurs officiels de la firme.

Source : Tech Transparency Project



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !