Vivastreet : le célèbre site d’annonces accusé de « proxénétisme aggravé »

Vivastreet, pour ceux qui ne le sauraient pas, est le géant mondial des annonces sur internet. C’est un le Boncoin du monde. Aujourd’hui, nous apprenons que le site fait l’objet d’une enquête préliminaire pour « proxénétisme aggravé ». Explications.

vivastreet prostitution

Vivastreet, c’est 32 millions de visiteurs par mois dont 10 millions rien qu’en France. Le site d’annonces est donc un rival sérieux du fameux Le Bon Coin. On y trouve à peu près tout : des annonces immobilières, des objets en tout genre, des offres d’emploi, de services, mais aussi des annonces douteuses.

C’est en tout cas ce qu’a constaté l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH). L’office accuse Vivastreet de « proxénétisme aggravé ». Dans sa rubrique « Services Adultes », le site proposerait des annonces de prostituées.

Ces annonces mentionnent des « massages » ou encore des « moments de relaxation » ou encore des « rencontres courtoises ». Mais très vite, on s’aperçoit en répondant à ces annonces que se cachent des annonces de prostituées.

Selon les informations de nos confrères de 20 minutes, Vivastreet ferait l’objet d’une enquête préliminaire ouverte par le paquet de Paris. Elle fait suite à une plainte de l’association mouvement du Nid qui milite pour l’abolition de la prostitution.

Vivastreet : Mac 2.0 ?

Si Vivastreet fait l’objet de cette plainte, c’est parce qu’il dégagerait un intérêt financier en laissant les annonces des prostituées. En effet, si Vivastreet se dit gratuit, une annonce dans la rubrique « Services Adultes » est facturée 80 euros par mois. Une prostituée témoigne auprès de nos confrères de 20 Minutes :

Mais il y a tellement de concurrence entre les filles et donc d’annonces qu’il faut payer des options sinon la photo n’est pas  « mise en avant » sur le site. Au total, cela me coûte 239 euros par semaine. Vivastreet s’engraisse sur mon activité.

L’avocate de Vivastreet dément tout volonté délibérée de la part de Vivastreet d’encourager la prostitution. Elle explique même qu’il existe un système de modération :

Il y a un système de modération automatique des annonces, un logiciel. Si l’annonce correspond à la réglementation, elle passe. Ensuite, Vivastreet dispose d’une équipe spécialisée. Si une annonce est signalée parce qu’elle contrevient à la réglementation, l’équipe la supprime immédiatement.

Toujours selon 20 Minutes, l’enquête aurait déjà bien avancé et « les premières auditions pourraient intervenir prochainement ». Il n’est pas impossible que le créateur de Vivastreet, Yannick Pons, classé parmi les 500 plus grosses fortunes de France en 2013, soit convoqué. Son avocate assure qu’il se rendrait à son audition sans problème. Affaire à suivre donc.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !