Vie privée : le fondateur de Wikileaks qualifie Google de « NSA privatisée »

Maj. le 10 avril 2016 à 18 h 57 min

Julian Assange, le fondateur du fameux site Wikileaks, a qualifié Google de NSA privatisée lors d’une conférence à l’occasion de la sortie d’un livre retranscrivant sa rencontre avec Eric Schmidt, l’ancien PDG de Google.

wikileaks assange google

Alors qu’Eric Schmidt, le président exécutif de Google fait la promotion de son livre, avançant les avantages de la guerre entre Apple et Google, Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, fait la sienne concernant son livre « When Google Met Wikileaks » (Quand Google rencontre Wikileaks).

Lors de l’événement en vidéoconférence depuis l’ambassade Équatorienne de Londres, où Assange a demandé l’asile il y a deux ans, le fondateur de Wikileaks a qualifié Google de « NSA privatisée ». La référence directe est faite suite au scandale ayant touché l’agence l’année dernière, lorsque Edward Snowden a révélé des informations confidentielles.

Assange a déclaré que le géant avait établi des connexions avec d’autres départements du gouvernement américain et avec les militaires. « Les personnes qui utilisent Google sont le produit », déclare-t-il, faisant un parallèle entre la collection de données faite par Google dans un but marketing et la stratégie de la NSA de collecter autant d’informations que possible.

Assange s’attaque donc logiquement à Android, également, arguant le fait que l’OS envoie notre localisation en permanence, synchronise nos carnets d’adresse, emails et tout ce que l’on recherche. Pourtant, d’autres informations nous apprenaient hier que malgré ses pratiques que nous connaissons, les autorités américaines n’aiment pas la sécurité d’Android L.

when google met wikileaks

Malgré son animosité envers les pratiques de Google, Assange dit que Schmidt et lui sont assez similaires. Schmidt est, selon Assange, à même de comprendre rapidement des concepts difficiles, notamment d’un point de vue informatique. Le fondateur de Wikileaks revient ensuite sur les propos tenus par Schmidt la veille. Ce dernier, réagissant à la sortie à venir du livre de Assange,

Julian est assez paranoiaque. Google n’a jamais collaboré avec la NSA et d’ailleurs, nous nous sommes battus vigoureusement contre ce qu’ils ont fait

Nous avons pris toutes nos données, tous nos échanges et nous les avons complètement chiffrés pour que personne ne les ait, particulièrement le gouvernement

Assange n’a pas apprécié le terme et a déclaré que ce conflit idéologique n’était pas une affaire personnelle, jusqu’au propos de Schmidt.

Pour rappel, Wikileaks a diffusé des milliers de documents confidentiels, dont les plus célèbres sont certainement ceux concernant les guerres en Irak et Afghanistan fournis par l’officier Bradley Manning. L’officier, qui était analyste militaire, a depuis été condamné à 35 ans de prison pour espionnage.

Les faits sont là, mais les enjeux sont difficiles à distinguer. Qui de Assange ou de Schmidt dit la vérité ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !