Comment les smartphones et tablettes favorisent l’obésité chez les enfants

Selon une étude menée par les chercheurs anglais du Département d’épidémiologie et de santé publique de l’University College de Londres, le temps passé par les enfants devant les écrans augmente le risque d’obésité. Le danger est particulièrement élevé pour les préadolescents, et notamment pour les filles.

obésité infantile smartphones tablettes

En se basant sur les archives du MilleniumCohortStudy, les chercheurs de l’University College de Londres ont mené une étude auprès de 12 556 enfants de 7 ans et plus pour tenter d’établir le lien entre les écrans et les risques de surpoids. Parmi ces enfants, plus de 6278, un peu plus de la moitié, possèdent une télévision dans leur chambre.

En analysant l’Indice de Masse Corporel (IMC) et l’Indice de Masse Grasse (IMG) de ces enfants, les chercheurs se sont aperçus que les enfants disposant d’une télévision dans leur chambre risquent davantage de devenir obèse ou d’avoir des problèmes de surpoids.

Obésité : les filles encore plus menacées que les garçons à cause de leur inactivité

Le danger serait principalement lié aux excès, mais aussi aux mauvaises habitudes directement liées à la télévision. Par exemple, lorsqu’ils regardent la télévision, beaucoup d’enfants ont tendance à grignoter des aliments hypercaloriques. Ce comportement malsain serait fortement influencé par l’exposition aux publicités sur les produits alimentaires diffusées à la télévision. Bien entendu, l’addiction aux smartphones, de plus en plus fréquente chez les jeunes gens, accentue également le risque.

L’étude semble également démontrer que les filles sont davantage exposées au risque d’obésité que les garçons. Ainsi, chez les garçons de onze ans, le risque de surpoids liés à l’utilisation d’appareils numériques est estimé à 20%. Pour les filles du même âge, le risque monte à 30%. Cette différence serait liée au fait que les filles sont généralement moins actives que les garçons.

L’obésité infantile est l’un des grands fléaux de nos sociétés modernes. En 2015, un tiers des enfants de onze ans avaient déjà été exposées à des problèmes de surpoids. En France, 17% des enfants étaient concernés. Toutefois, une étude menée en 2016 par des chercheurs américains démontrait que les smartphones peuvent aussi lutter contre l’obésité. Les résultats de l’étude menée par les chercheurs de l’University College de Londres peuvent être consultés dans l’International Journal of Obesity du 13 juin 2017.

Réagissez à cet article !
  • joe2x

    après les échantillons et les analyse ont été faites avant tout pour la population US j’imagine

    • Douille

      Pas besoin d’aller aux US pour voir les ravages de l’obésité chez les enfants / ados… hélas.

      Quand tu récupères ton enfant à la sortie de l’école, quand tu vas à la piscine municipale, et j’en passe… le constat est amère. Après, il y a aussi tout ceux qui, comme les climato sceptiques de tout bord, ne veulent pas voir la vérité en face. C’est un vrai problème de nos sociétés modernes et rien n’ai réellement fait pour endiguer ce phénomène sur le long terme, ça va être dramatique (et pas seulement pour le sur-poid lui-même mais tous les frais que cela occasionne pour les personnes concernées et la société elle-même).

      • Sanssaint

        Quand je vois les 4 heures des gamins ça me laisse narquois : sachet individuels de bonbons haribo, sticks à tremper Nutella, Savane ou napolitains, sachets de biscuits, mini boites de céréales le tout arrosé d’une brique de jus de fruits plus sucrés qu’un soda et de temps en temps, un sachet de Pompotes ou de truc lacté.

        Curieusement, ceux qui ont banane + 1 fruit arrosé à l’eau plate n’ont pas la même morphologie.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
SFR : l’opérateur impose une option à 5 euros, la goutte de trop pour les clients

SFR s’attire à nouveau les foudres des usagers et plus précisément celles des abonnés mobiles à qui l’opérateur impose tout simplement l’option “Privilège” à 5€ par mois. Ces derniers ne peuvent retirer ni désactiver ce service contrairement aux abonnés fixes, qui eux peuvent s’en séparer depuis leur espace client. Un coup qui passe forcément mal !

7b80a7c304332995b1336e9a205dd306333