SFR-Numericable : la fusion rencontre ses premiers obstacles

Date de dernière mise à jour : le 1 avril 2016 à 13 h 36 min

SFR et Numericable, c’était le grand feuilleton des télécoms mobiles ces derniers mois, au cours desquels le second a racheté le premier. Mais avant de valider la vente, nous étions en attente de l’avis de l’Autorité de la concurrence et plusieurs éléments semblent peser sur la balance pour obtenir le précieux sésame. Si nous sommes encore loin d’une annulation du rachat, l’hypothèse peut néanmoins être envisagée. Quels sont les obstacles rencontrés par Numericable ? Nous vous proposons plusieurs éléments de réponse dans la suite.

Une fusion aussi importante représente un chemin semé d’embûches. Le dernier obstacle qui se pose à ce rachat se nomme Autorité de la concurrence. Celle-ci examine tous les aspects du dossier et rendra son verdict fin octobre avec son autorisation, ou ses contre-indications, voire son refus. Dans le meilleur des cas, il y aura un feu vert et le rachat pourra être validé dès fin novembre entre les deux entités mobiles.

SFR-Numericable

Mais il existe plusieurs irrégularités au sein du dossier SFR-Numericable. La première concerne le rôle de Vivendi dans ce nouveau groupe en devenir. Vivendi devrait conserver 20% de participation et pourrait ainsi peser sur les décisions du groupe tout en continuant son activité dans les médias, son coeur d’activité.

Mais n’oublions pas que Vivendi possède le groupe Canal + qui a pour concurrent Numericable. Un tel scénario serait bien trop tentant pour Vivendi qui pourrait vouloir user de son poids au sein de SFR-Numericable pour tenter de modifier les stratégies en sa faveur.

L’Autorité de la concurrence aurait alors dans l’idée d’obtenir des garanties quant au retrait de Vivendi lors des grandes discussions du groupe SFR-Numericable. L’enjeu principal concerne les contenus audiovisuels. Le Figaro rapporte une anecdote croustillante. SFR aurait tenté de validé un accord de distribution avec Netflix. Vivendi en aurait eu vent et aurait agi au maximum pour éviter la fameuse signature. Numericable, de son côté, a lancé LaBox Series pour tenter de surfer maladroitement sur la vague Netflix.

Autre petit problème, il n’aura échappé à aucun observateur qu’entre Numericable et SFR il risque d’y avoir des postes en double. Or si Patrick Drahi s’est engagé à conserver les emplois durant 36 mois, rien ne semble pouvoir prévenir des plans de licenciements ultérieurs, d’autant plus que SFR a des dettes à rembourser.

L’hypothèse la plus plausible serait que les prestataires en fassent les frais en premier. Nul doute que l’Autorité de la concurrence aura beaucoup de questions à poser aux représentants de SFR et Numericable quand elle les recevra ces prochains jours.

Via

Réagissez à cet article !
  • JeanGuillaumeM

    Par contre je ne sais pas vraiment si vous savez compter… On restera à 4 opérateur vu que SFR/Numéricable sera aussi un vrai opérateur téléphonique et non plus un MNVO comme l’était Numéricable.

    Donc on restera bien à quatre :

    – Bouygues
    – Free
    – Orange
    – SFR/Numéricable

  • Adodane

    ” Passer de quatre opérateurs mobiles nationaux à trois n’est pas un chemin dénué d’embûches.”

    gnéééé ????

  • Adarion 29

    Youpi !!! Un opérateur qui en rachète un autre une fortune et qui se retrouve donc sans oseille pour financé sont développement (les autre télécom vont en souffrir et le plan fibre optique va tomber à l’eau)

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
3cc6886b39a208a577d5c40c1c12d727IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII