Piratage : la France lance une plateforme d’aide aux victimes

Le gouvernement français lance ce mercredi 18 octobre 2017 la plateforme cybermalveillance.gouv.fr. Ce site va permettre aux victimes de piratage de signaler les cyberattaques, et de recevoir de l’aide de la part d’un prestataire situé près de chez elles. La plateforme va aussi permettre de diffuser des messages de prévention et d’observer l’évolution des menaces. 

piratage victime plateforme cybermalveillance france

Le piratage est un fléau qui nous concerne tous. Nul n’est à l’abri d’une cyberattaque. Malheureusement, à moins d’être elles-mêmes expertes en cybersécurité, les victimes françaises n’avaient jusqu’à présent aucun recours. Afin de remédier à ce problème, le gouvernement lance ce mercredi 18 octobre 2017 la plateforme cybermalveillance.gouv.fr. Destiné aux particuliers, aux PME et aux administrations locales, ce site va permettre aux victimes de piratage de trouver de l’aide auprès de spécialistes situés près de chez eux.

La plateforme a été incubée au sein de l’Anssi dont le directeur craint que la faille KRACK laisse le WiFi français percé pendant de nombreuses années. Elle s’inscrit dans la Stratégie pour la sécurité du numérique lancée en 2015 par le gouvernement. Testé dans les Hauts-de-France depuis fin mai 2017, le site est accessible partout en France à partir de ce mardi 18 octobre 2017. Pour l’heure, elle regroupe six employés et 1123 prestataires répartis dans toute la France. Le responsable du site Jérôme Notin annonce que les utilisateurs pourront noter les prestataires.

Piratage : les victimes pourront recevoir l’aide d’un prestataire près de chez eux

Cette plateforme va aussi permettre de diffuser plus efficacement des messages de prévention contre le piratage. Selon le secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Majhoubi, l’objectif est également de créer un contexte de confiance pour accompagner la numérisation de la France. Les particuliers et les PME ne doivent plus avoir de doute sur la sécurisation des échanges. L’Etat veut également permettre aux entreprises de se protéger elles-mêmes en leur communiquant par exemple les prix des interventions post-attaques et les abonnements de prévention. Rappelons que 80% d’entreprises ont déjà été ciblées par une cyberattaque.

Enfin, le dernier but de cybermalveillance.gouv.fr est d’observer l’évolution des cybermenaces. Par exemple, depuis le 30 mai 2017, pendant la période de test dans les Hauts-de-France, 724 signalements de cyberpiratages ont été effectués sur le site. Sur ces 724 victimes, 64% sont des particuliers, 30% sont des entreprises, et 6% sont des administrations. Parmi les particuliers, 202 étaient victimes d’un ransomware. Selon Avast, les ransomwares ont touché 250 000 personnes en France en 2016. En analysant qui sont les victimes des cyberattaques et quelle est la nature de ces attaques, le gouvernement pourra adapter sa stratégie de défense au fil du temps.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !