Fin de la neutralité du net : les opérateurs français se frottent les mains

La neutralité du net ne plaît pas aux opérateurs français, qui veulent s’en débarrasser pour avoir un meilleur contrôle sur la bande passante et les contenus et augmenter leurs revenus. Le président de la Fédération française des télécoms (FFT) Pierre Louette, également directeur exécutif d’Orange, a voulu se montrer rassurant mais n’a pas caché son envie de renoncer à certains principes de la neutralité du net.

neutralite net france

La neutralité du net embête les opérateurs français et européens. Lors d’une conférence de presse, Pierre Louette, président de la Fédération française des télécoms (FFT) et directeur exécutif d’Orange, a déclaré que « les opérateurs considèrent qu’il doit nous être possible d’avoir des couches de service gérés dans l’internet ». Autrement dit, pouvoir établir des priorités en bande passante selon les contenus.

Pierre Louette prend des exemples louables pour se justifier avec les voitures autonomes et les services de santé. « Nous pourrions avoir des services gérés avec des espaces séparés dans ces cas précis », explique-t-il, rejoignant l’opinion du PDG d’Orange Stéphane Richard, pour qui la fin de la neutralité du net est une « obligation ».

Les opérateurs ne veulent pas de la neutralité du net en France

« La FFT est pour la neutralité du net et nous pensons qu’elle n’est pas menacée en Europe. Par le passé, certains opérateurs en Europe ont envisagé des offres mais ont été rappelés à l’ordre », indique-t-il pourtant. Un double discours puisque les pratiques qu’il envisage vont à l’encontre des principes de la neutralité du net.

Car si ce qu’il propose paraît sensé, il s’agirait tout de même d’une remise en cause de la neutralité du net, ce qui a de quoi faire peur. En ouvrant la porte, on imagine mal les opérateurs s’arrêter en si bon chemin, surtout que cela fait plusieurs années qu’ils annoncent vouloir mettre un terme à la neutralité du net pour augmenter leurs revenus.

La France et l’Union Européenne sont catégoriques : pas question d’y toucher. Mais  vigilance, s’ils réussissent à négocier quelques exceptions pour commencer, les opérateurs pourraient bien finir par obtenir gain de cause à terme et nous faire payer plus cher pour bénéficier d’une bande passante efficace pour tous les contenus. Une situation que va connaître les États-Unis.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !