Couverture 5G : les opérateurs devront se montrer transparents sur la qualité du réseau

 

L'Arcep vient d'émettre un document à destination des opérateurs, afin de leur demander de se montrer le plus explicite possible quant au débit et à la couverture 5G. L'autorité de régulation prend les devants, car il ne sera pas toujours très simple de s'y retrouver.

Arcep couverture 5G
Carte des expérimentations 5G – octobre 2020 (crédit capture : Arcep).

Les enchères sur la 5G s'étant très récemment terminées, et c'est sans grande surprise Orange qui a raflé la mise en remportant plus de blocs que ses concurrents. L'opérateur historique propose même déjà des forfaits 5G, dont les prix varient de 15 à 80 € en fonction de l'enveloppe data mensuelle.

Les opérateurs vont enfin pouvoir tout mettre en œuvre pour passer au “réseau du futur” et le proposer à leurs abonnés. Si la 5G promet un débit accru et une meilleure couverture, tout dépendra en réalité de la bande de fréquence utilisée. Dans le cas où la fréquence est inférieure à 3,5 GHz, la vitesse de transfert est plus basse qu'escomptée, mais offre une couverture beaucoup plus intéressante. À l'inverse, si la bande fréquence atteint les 3,5 GHz, la portée de la 5G diminue, mais le débit augmente. Mais quand on est consommateur, comment savoir si tel ou tel opérateur prend en charge le 3,5 GHz dans la zone dans laquelle on se situe ?

L'Arcep souhaite des cartes 5G détaillant le débit et la couverture

Afin d'aider les utilisateurs à y voir plus clair, l'Arcep vient donc de publier un document dans lequel le régulateur demande aux opérateurs de se montrer le plus explicite possible. Dans un paragraphe intitulé “des recommandations pour les opérateurs en vue de la conception des cartes de couverture 5G “, l'Arcep explique que “l’expérience utilisateur pourra varier selon les différentes modalités de déploiement de la 5G – en particulier les bandes de fréquences utilisées.”

L'autorité de régulation demande donc aux opérateurs de mettre en évidence le niveau de qualité théorique sur leurs cartes de couverture 5G. L'Arcep précise qu'il conviendra de ne pas mélanger les bandes de fréquences situées en dessous de 3,5 GHz avec celles définies à 3,5 GHz. Elle préconise donc se montrer clair sur les cartes 5G, afin de refléter le niveau de débit et de ne pas leurrer le consommateur sur son abonnement. Au cas où un opérateur jouerait les rebelles, l'Arcep envisage de mettre en place une “décision juridiquement contraignante qui définira le contenu et les modalités de vérification des cartes de couverture mobile en tenant compte de la 5G.”

Dans le même temps, l'Arcep promet de son côté de tout faire pour rendre plus compréhensibles et plus accessibles les implications de la 5G : “l’Arcep est le premier régulateur européen à se saisir du sujet de la lisibilité des offres commerciales 5G”, déclare l'autorité de régulation. L'arcep veut faire toute la lumière sur le concept de bande d'ancrage, sur les implications concernant les bandes fréquences et sur la manière dont le réseau est déployé. De quoi y voir vraiment plus clair lors du choix d'un abonnement, en somme. Espérons désormais que les opérateurs jouent le jeu.

Source : Arcep



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !