Bitcoin : la célèbre cryptomonnaie polluera bientôt plus que le pétrole !

 

Une étude publiée dans la revue scientifique Nature démontre que le Bitcoin, qui se targue d'être une solution à de nombreux est surtout en train de détruire la planète à vitesse grand V.

 Aux antipodes d’une étude qui affirmait que le Bitcoin Lightning serait 194 millions de fois moins énergivore que la finance centralisée, une étude publiée la semaine dernière dans la revue Nature ne fait que confirmer, chiffres à l’appui, ce que l’on supposait déjà : la plus célèbre des cryptomonnaies, le Bitcoin donc, est une véritable catastrophe écologique et ne fait qu’empirer le dérèglement climatique. En cause, son fonctionnement basé sur la Proof-of-Work, dont la consommation en électricité augmente de manière exponentielle. En 2020, le minage de Bitcoin a utilisé plus d’énergie que la consommation totale de pays tels que le Portugal, ou encore l’Autriche.

Selon l’étude, entre 2016 et 2021, les émissions engendrées pour miner un bitcoin sont passées de une à 113 tonnes par an ! Aucune autre industrie dans le monde ne peut se targuer de détruire l’environnement à pareille vitesse. Le Bitcoin fait de plus en plus de dégâts, et de plus en plus vite, à tel point qu’il polluera bientôt plus que l’industrie pétrolière. Selon les calculs des scientifiques, le minage de crypto a en tout cas déjà dépassé l’élevage en termes d’émission de gaz à effet de serre. Certes, les effets de cette pollution pourraient être compensés par l’utilisation d’énergies renouvelables, mais les chiffres montrent que les cryptos consomment des énergies fossiles 60% du temps.

Le minage de Bitcoin consomme plus d'électricité en un an que tout le Portugal

Les professeurs du Département Économie de l’Université du Nouveau-Mexique enchaînent les statistiques choc : la part du coût environnemental d’un Bitcoin est de 35%. Ce qui signifie que pour un euro créé par bitcoin, 35 cents correspondent à des dégâts environnementaux. Selon eux, les dégâts causés par le Bitcoin en 2021 ont coûté l’équivalent de 3,7 milliards de dollars. Les chercheurs déclarent que “tous ces éléments considérés dans leur ensemble sont le signe qu’on ne peut pas considérer le Bitcoin comme un secteur durable. Ses partisans le présentent comme de l’or numérique, alors qu'il fonctionne plutôt comme du pétrole numérique”.

Une solution partielle à la catastrophe annoncée existe pourtant déjà : la Proof-of-stake (preuve d’enjeu), une technique qui modifie le fonctionnement de la blockchain. Ethereum, l’autre cryptomonnaie la plus connue, l’a déjà adoptée : elle est désormais bien moins énergivore. Pour les mineurs de Bitcoin, la sauvegarde de l’environnement ne pèse malheureusement rien face à l'appât du gain. Si le Bitcoin adoptait la technologie de la Proof-of-stake, des millions de mineurs devraient revendre leurs cartes graphiques désormais inutiles sur le marché de l'occasion. Ils comptent bien rentabiliser leur investissement, coûte que coûte.

Source : Nature



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !