Microsoft installe un datacenter au fond de l’océan Atlantique pour accélérer internet

Microsoft vient d’installer avec succès un datacenter sous-marin au fond de l’Atlantique, à 120 km des côtes écossaises. Le dispositif est un tube métallique scellé contenant 864 serveurs, alimentés par des énergies renouvelables. L’ensemble est conçu pour ne pas avoir besoin de maintenance pendant 5 ans. L’idée d’immerger des serveurs peut sembler saugrenue : Microsoft souhaite à terme installer de nombreux datacenters de ce type  au large des côtes pour rapprocher physiquement les plateformes et services de leurs utilisateurs finaux et donc accélérer la connexion internet et diminuer les temps de réponse. 

Microsoft vient d’installer 864 serveurs au fond de l’eau à 120 km des côtes écossaises dans une immense capsule blanche flanquée du logo de Microsoft. Ce datacenter d’un nouveau genre est bien entendu relié au réseau internet, et tire son énergie des énergies renouvelables offshore. Il est conçu pour fonctionner pendant au moins 5 ans sans opération de maintenance. Ce nouveau mediacenter intervient dans le cadre du projet Natick. Lors d’une première phase, en 2016, un premier datacenter submersible avait été immergé pour tester la viabilité du concept. Après quatre mois d’immersion, l’expérience s’est révélée suffisamment concluante pour passer à la vitesse supérieure.

Microsoft : un datacenter sous l’océan pour accélérer à terme internet

Mais pourquoi, au juste, Microsoft immerge-t-il des datacenter ? Selon Microsoft, tout est question d’efficacité énergétique et d’accès plus rapide. L’entreprise relève que la moitié de la population mondiale vit à moins de 200 km des côtes : mettre des serveurs plus près d’eux autorise des accès plus rapides aux services en ligne. En particulier, on imagine, pour les plateformes de streaming vidéo et les services de visioconférence comme Google Duo, Skype, WhatsApp ou encore FaceTime. Mais aussi des futures applications de l’intelligence artificielle. L’autre avantage de ce genre d’implantation, c’est que ces datacenters peuvent tirer leur énergie de fermes éoliennes installées à proximité – un plus indéniable compte-tenu de la consommation énergétique des serveurs.

Enfin, ces datacenters bénéficient des températures plutôt basses de l’eau au fond de l’océan. Ce qui signifie que les serveurs peuvent être directement refroidis par l’environnement autour du datacenter. Ce qui implique des coûts réduits tout au long de l’année pour maintenir le datacenter à bonne température. Microsoft explique sur son blog : « en mettant des datacenters dans des corps d’eau près des villes côtières, les données auront peu de distance à parcourir pour atteindre les communautés côtières, ce qui débouche sur un surf du web plus homogène et rapide, de même que le streaming vidéo et parties de jeu ainsi que des expériences authentiques pour les technologies autour de l’intelligence artificielle ». 

Les ingénieurs de Microsoft vont maintenant surveiller de près cette capsule pendant 12 mois, pour détecter au plus vite des changements d’hygrométrie potentiellement fatals pour les machines, et pour contrôler que la température reste constante à l’intérieur. Si l’expérience se révélait concluante, Microsoft pourrait installer plus de capsules de ce type tout autour de la planète.

microsoft datacenter

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !