Microtransactions dans Star Wars Battlefront 2 : l’action Electronic Arts plonge en bourse

Comment la bourse accueille l’affaire des microtransactions dans Star Wars Battlefront 2 ? Mal, très mal : Electronic Arts (EA) doit encaisser un difficile retour de bâton des marchés boursiers. L’action EA a perdu 8,5% en novembre soit plus de 3 milliards de valorisation partis en fumée. Le géant du jeu vidéo s’attendait à ce que l’affaire ait un impact sur le cours de l’action, mais l’ampleur de la sanction reste une surprise. Un phénomène accentué par les ventes médiocres du titre. 

star wars battlefront 2

Il y a parfois de ces nouvelles qui redonnent un peu d’espoir : les joueurs ne sont pas les seuls à détester les microtransactions mises en places par EA dans Star Wars Battlefront 2. Les marchés boursiers détestent visiblement aussi ces méthodes un peu douteuses, sur fond de levée de bouclier internationale. L’action du groupe a perdu 8,5% depuis début novembre, 11% depuis début octobre. Et le cours montre que la chute s’est accélérée en même temps que la sortie de Star Wars Battlefront 2 sorti le 17 novembre (cf. graphique en fin d’article).

Microtransactions dans Star Wars Battlefront 2 : les marchés boursiers sanctionnent lourdement EA

Cela veut dire pour EA que plus de 3 milliards de dollars de valorisation sont partis en fumée. En plus de l’atteinte à l’image, les mauvaises ventes du jeu inquiètent particulièrement les investisseurs. Au Royaume-Uni, les ventes physiques lors de la première semaine sont par exemple 61% moins bonnes que lors de la sortie du premier opus. Les chiffres des autres marchés devraient bientôt être rendus publics (d’ici la mi-décembre), mais déjà, ces piètres performances en bourse semblent de très mauvaise augure.

En octobre, EA avait déjà anticipé des résultats moyens pour terminer l’année calendaire. Mais ce véritable camouflet boursier est d’une ampleur plus grande qu’escompté. À l’inverse, les concurrents d’EA, Take-Two et Activision Blizzard ont vu leur action grimper sur la même période. Reste à savoir ce que EA va faire désormais des micro-transactions : tenter de changer un peu leur modèle, ou carrément les abandonner définitivement ? Comme le disait maître Yoda : « N’essaie pas ! Fais-le, ou ne le fais pas ! Il n’y a pas d’essai ». Des paroles à méditer…

cours electronic arts
Réagissez à cet article !
  • Dremora

    Parfait, les gens commencent à se rendre compte du pouvoir qu’ils peuvent avoir sur ce genre de société…y a qu’en les tapant au porte-feuille qu’on leur fera comprendre quels comportements économiques sont acceptables ou pas pour nous consommateurs :)

  • Will

    Au départ j’allais dire tant mieux pour eux mais à y réfléchir de plus près.

    Le problème à la source de cette dérive c’est que le prix des jeux AAA (malgré les +70€ demandé au lancement et qui est plafonné) ne font pas assez de recette pour rendre assez rentable le jeu. Du coup les éditeurs essaient de trouver des astuces pour augmenter ce gain (dont les micro transactions à l’intérieur même du jeu)

    Je ne les défends pas mais il faut trouver un juste milieu pour réussir à continuer à sortir des jeux car le modèle économique actuel ne fonctionne plus en tout cas plus sur les gros jeux (soit ils devront réduire le temps où le nombre de personnes qui travaillent sur un jeu qui entrainera une baisse de la qualité du jeu soit il faut qu’ils trouvent un meilleur moyen de se faire plus d’argent)

    • Shopeur

      Le problème de la rentabilité n’en est pas un vrai. Pour la simple raison que la rentabilité est un savant calcul sur le nombre d’exemplaires vendus et pleins de facteurs que je ne connais pas. Mais ils ont voulu pondre un jeu, et ont dû se poser la question du gain supplémentaire d’argent, soit les bénéfices. Donc ils ont sacrifiés une partie de leur estimation de vente car ils étaient persuadés que ce manque (à l’achat) serait comblé par les micros transactions. Sauf que le calcul est mauvais, ils se sont plantés et s’en mordent les doigts. Surtout que pour pallier ce problème, au lieu de trouver une solution ils nous bourrent de pubs, en espérant vendre plus, et ainsi rattraper leurs pertes. Bref c’est un cercle vicieux, surtout au vu du prix des pubs. Ils sont dans la merde, et au lieu de nettoyer ils s’enfoncent et attendent que ça passe. Malheureusement, avec cette technique, ça va forcément laisser des traces, dans leurs porte monnaie… Je ne sais pas si j’ai été clair. Bref, grosse erreur de marketing, en cherchant à tout prix les bénéfices et en surestimant leur jeu, et sous estimant la réaction des joueurs. Sauf que faire marche arrière, c’est compliqué surtout quand on ne veut pas ravaler son égo. Bonne soirée.

  • French Open Youtubers

    Tant mieux , ils ont enfin payé pour leur avoir pris les joueurs mobiles pour des cons (coucou RR3 et les achats à 80€ !), Et aussi les joueurs tout court (la même chose reservi sous une sauce un peu différente tout les ans).
    Espérons qu’il nous face quelque-chose de différent, genre un Burnout, ça fait presque 10ans qu’en en as pas vu…

  • Krayia

    tant mieux …
    marre de ces trucs à la noix, que les gens ouvrent enfin les yeux c’est le peuple qui choisit ce qui est bien ou pas ..

    des jeux comme the saboteur, dead space qui a été ruiné, dante’s inferno etc etc des pépites ou tout à été fermé ou arrêter car ea dit que ça rapporte pas assez …. et visceral games te dit que dead space 3 a été porté sur l’action car ea ne voulait pas d’un dead space 1 .. porter sur le vrai survival horror ….

    bande de pourriture ..

  • Teddy

    Très bonne réaction du coté boursier ! Les éditeurs devraient peut être prendre conscience qu’il faut arrêter avec cette merde de paiement « In-App »

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Litecoin : le Bitcoin humilié par une monnaie virtuelle dont le cours s’envole de 8000% en 1 an à peine !

Le Bitcoin humilié par une monnaie virtuelle, le Litecoin, dont le cours s’envole de 8000% en 1 an à peine, faisons le point sur ce nouveau challenger. Un exploit incroyable pour une monnaie virtuelle bien moins mise en lumière que le Bitcoin qui reste la plus populaire. Son inventeur, un ancien de Google, a de quoi être particulièrement satisfait du succès de sa création.

Bitcoin : vous devez déclarer la cryptomonnaie aux impôts !

L’envol du Bitcoin a suscité l’interêt du gouvernement. Bien décidé à recevoir sa part du gâteau virtuel, l’Etat rappelle que les plus values réalisées par les cryptomonnaies sont imposables : vous devez donc déclarer vos Bitcoins. Comment ?