Pegasus : Edward Snowden réclame un traité mondial pour bannir les spywares

 

L'affaire Pegasus a fait réagir Edward Snowden, l'homme derrière le plus gros scandale d'espionnage de l'Histoire. Celui-ci estime que pour mettre fin à l'utilisation des spywares, les gouvernements du monde entier doivent s'allier pour abolir ces derniers.

Edward Snowden

Il y a de cela 2 jours a éclaté la plus grosse affaire d'espionnage gouvernemental depuis les révélations d'Edward Snowden en 2013. Habitué à commenter les pratiques douteuses des pays du monde entier, on s'attendait à ce que l'ancien employé de la NSA réagisse à ces dernière révélations. Pour rappel, une dizaine de pays – de ce que l'on sait pour le moment – ont utilisé un spyware nommé Pegasus pour infiltrer les smartphones de dizaines de milliers de journalistes et activistes.

Pour Snowden, le constat est alarmant : sans une intervention rapide de la part des gouvernements, aucun smartphone n'est à l'abri d'un piratage. Il estime ainsi que ce qu'il décrit comme une “industrie” de l'espionnage numérique “ne devrait pas exister”. Il appelle les dirigeant à se réunir face à ce fléau pour bannir leur utilisation à tout jamais. Selon lui, les spywares permettent en effet à des régimes autoritaires de surveiller massivement leur population et, de ce fait, réprimer à la source toute tentative de rébellion.

Snowden veut bannir les spywares

D'ordinaire, la police a besoin d'“entrer par effraction dans la maison de quelqu'un, ou dans sa voiture, ou dans son bureau” pour installer un micro ou récolter des informations. “Nous aimons à penser qu'ils obtiendront probablement un mandat”, souligne Snowden. Mais cela n'est plus nécessaire à l'ère de l'espionnage digitalisé. En vendant des spywares aux autorités, les sociétés leur donnent un moyen peu onéreux et très efficace de garder la main mise sur leur population. “S'ils peuvent faire la même chose à distance, à peu de frais et sans risque, ils commencent à le faire tout le temps, contre tous ceux qui présentent un intérêt, même marginal”, explique-t-il.

Edward Snowden se montre également inquiété devant l'évolution possible d'une telle technologie, et de l'usage qu'en font leurs acheteurs. “Si vous ne faites rien pour arrêter la vente de cette technologie, il n'y aura pas seulement 50 000 cibles. Il y aura 50 millions de cibles, et cela se produira beaucoup plus rapidement qu'aucun d'entre nous ne peut le prévoir”. Il va même jusqu'à comparer cette industrie à la fabrication d'armes nucléaires, dans la mesure où il est impossible pour le commun des mortels de se protéger conter ce genre d'attaque.

snowden outils vie privee

Seule solution : une coalition des gouvernements contre l'espionnage digital

L'expert en informatique met également en cause les fabricants de smartphones, qui, d'après lui, vendent essentiellement le même type d'appareil aux utilisateurs. De ce fait, comme il le souligne, “si les pirates trouvent le moyen de hacker un iPhone, ils ont trouvé le moyen de tous les hacker”. Ainsi, les développeurs de malwares ressemblent à des sortes de savants fou dont le seul de but est répandre un virus au sein de la population.

“C'est comme une industrie où la seule chose qu'ils font est de créer des variantes personnalisées de la COVID pour esquiver les vaccins. Leurs seuls produits sont des vecteurs d'infection. Ce ne sont pas des produits de sécurité. Ils ne fournissent aucune sorte de protection, aucune sorte de prophylaxie. Ils ne font pas de vaccins – la seule chose qu'ils vendent est le virus”.

Sur le même sujet : Edward Snowden transforme votre vieux smartphone en caméra de surveillance

Quel intérêt alors pour les compagnies de commercialiser ce genre de logiciel ? Pour Edward Snowden, la réponse est limpide : elles le font pour le profit. “La seule raison pour laquelle NSO fait ça n'est pas de sauver le monde, c'est de faire de l'argent”. Un traité international interdisant la vente de spywares permettrait alors de mettre fin à ce type d'agissement. Reste aux principaux concernés à se mettre d'accord sur la question. L'ampleur du scandale ne faisant qu'augmenter d'heure en heure, l'appel de Snowden fera peut-être écho auprès des dirigeants.

Source : The Guardian



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !