Uber sous-paie ses conducteurs, et c’est pour ça que ça marche

Maj. le 9 mars 2018 à 18 h 35 min

Uber sous-paie ses conducteurs, qui reçoivent un salaire inférieur au minimum légal, mettent en exergue différentes études. Un modèle qui permet à Uber de proposer des courses à des prix plus faibles que les taxis, et donc d’attirer les clients tout en se dégageant une marge permettant de faire tourner le système. Qui n’existerait pas si les chauffeurs n’étaient pas désespérément en quête d’un emploi.

uber chauffeurs salaire

Uber profite des difficultés du marché du travail pour sous-payer ses conducteurs. D’après une étude réalisée par le Centre for Future Work du Australia Institute et relayée par le Guardian, les chauffeurs gagnent en moyenne bien moins que le salaire minimum une fois que tous les frais cachés sont pris en compte.

Cela permet à Uber de proposer des courses à bas prix (40% moins chères avec UberX qu’avec les taxis en Australie), d’attirer de nombreux clients et de faire tourner son système reposant sur la misère de l’emploi. « Les bas revenus des conducteurs sont primordiaux à la croissance d’Uber qui a rendu quelques personnes incroyablement riches », rapporte l’analyste Jim Stanford.

Uber : les salaires des conducteurs en dessous du minimum légal

« La société présente ça comme de la flexibilité mais le salaire est tellement mauvais et incertain que ce modèle ne peut fonctionner que dans un environnement dans lequel les gens sont désespérés« , estime-t-il.Il ajoute qu’en plus des revenus de base très faibles, les conducteurs n’ont pas le droit à de nombreux avantages sociaux.

Une étude qui rejoint celle du MIT pour les États-Unis, qui pointait également du doigt le fait que les chauffeurs Uber et Lyft gagnaient moins que le salaire minimum. D’après Stephen Zoepf, co-auteur du rapport, « ce business model est actuellement intenable » avec « des sociétés qui perdent de l’argent […] et des conducteurs qui travaillent pour de très faibles salaires ».

Alors que de nouvelles règles menacent Uber en Europe, on peut se demander comment le service compte s’en sortir. Les manifestations de chauffeurs VTC se sont multipliées au cours des derniers mois, réclamant entre autres des protections sociales, des rémunérations plus élevées et de meilleures conditions de travail. Mais Uber fait aussi face aux autorités, qui doivent composer avec la colère des chauffeurs de taxi et qui ont déjà commencé à mettre des bâtons législatifs dans les roues d’Uber.

Réagissez à cet article !
  • Mario

    l’esclavage moderne , pauvres gladiateurs des temps modernes faire face aux parisiens bobos et radins pour 4€ de l’heure.
    une course à 10€ – 2€50 uber- 2€50 pour l’état -2€50 pour les charges voiture assurance lavage bonbons gasoil et la fameuse bouteille d’eau = 2€50 pour le chauffeur…
    avec uberpool uber prend 35%.

    • Triste Simon

      Dieu merci enfin quelqu’un qui voit la réalité. Merci Mario. Vous êtes formidable.

    • Freny Daniel

      Ça ne concerne pas que les bobos parisiens …

      • Mario

        oui vous avez raison ça ne concerne pas que les Parisiens, mais ça concerne aussi autres applications françaises comme par exemple chez chauffeur privé si le chauffeur a le malheur d’annuler une course chauffeur-privé prélève le prix de cette course au chauffeur.

  • phiphibidon

    les chauffeurs d UBER on lu leur contrat et l on accepter

    • nima vtc

      oui mais la plupart ne savent pas lire

    • Marc91

      Les contrats ont été changé de manière unilatérale par Uber, sans concertation avec les chauffeurs : augmentation de la commission prise par Uber qui passe de 10% à 25%, et réduction du prix minimale de la course à 6€.
      De plus, les chaiffeurs Uber sont des autoentrepreneur. Donc s’ils quittent Uber, ils n’ont aucune indemnité. C’st pour ça que les Uber se sont mis en grève aux USA l’année dernière.
      Ca fait juste des mois qu’on en parle… faut s’informer un peu avant de taper sur les chauffeurs précaires….et en profiter …

  • Yoann Basquin

    Un truc que je comprends pas
    Si c’est ils savent que ils vont pas gagnés leur vie , pourquoi ils roulent les 3/4 en Mercedes ( le gros vanne) ?
    Je veux dire si tu sais que tu vas pas gagner beaucoup , commence pas avec une grosse voiture

    • nima vtc

      Parce que Uber leur a vendu du rêve dès le début. ils leur ont imposé des gammes de véhicules type mercedes, les courses étaient plus chère et ils bénéficiaient de prime au départ.
      Par la suite, ils ont retiré les primes et baisser les prix.

    • Marc91

      C’est super profond comme analyse ça….
      Pour info, Uber encourage ses chauffeurs à s’endetter pour conduire de belles voitures. Ils ont mis en place un programme d’aide au financement des voitures de leurs chauffeurs, contre la prise de crédits risqués. Encore une fois, si ça marche pas, les chauffeurs continuent de rembourser leur voiture…

      • Yoann Basquin

        alors à un moment donné il faut reflechir
        Excusez moi mais faut reflechir à ce qu’on fait non ?

        • chak

          tout les van mercedes et grosse berline que tu vois ne boss pas forcement avec uber,
          berline noir ne veut pas forecement dire uber mais chauffeur vtc qui peut bosser uniquement sur rendez vous ou salarie d’une grosse boite de prestige,
          et oui les chauffeur ce sont fait avoir a coup de prime, de credit facile ..
          une grosse escrocrie en bande organisées

    • ⠀⠀

      Est-ce que le VTC il va te prendre en Peugeot partner ou en Berlingo ? Réfléchi un peu garçon, si tu veux te démarquer des autres et rester sur la plateforme tu dois avoir le plus beau costard, le meilleur parfum d’interieur et la meilleure bagnole possible, quand tu es VTC tu n’es pas que Uber, tu es aussi chauffeur privé, c’est ta vitrine.

  • Ascrounch

    Ils peuvent toujours trouver un vrai job.

    • Marc91

      Par contre, si vous trouvez un vrai cerveau quelque part, un conseil, prenez-le…

      • Ascrounch

        Rapport ?

        • Pat’

          Rapport : faut vraiment pas en avoir (de cerveau) pour utiliser l’expression « vrai job » ici.

          • Ascrounch

            Si vous le dites… En attendant, ça reste vrai.

          • Pat’

            Euh, non.
            Ce qu’ils font est un « vrai » job.
            C’est un peu comme si tu disais que les indépendants (taxis, infirmiers, serruriers ect) n’avaient pas de vrai boulot, comme si les acteurs n’avaient pas de vrai boulot, comme si les vidéastes sur Youtube n’avaient pas de vrai boulot.

            A partir du moment où tu exerces une activité rémunérée, c’est du vrai boulot. Même périprostipatétipute.

          • Ascrounch

            Pour moi, une personne mecontente, a le droit de changer de boulot. Si ton salaire ne te fait pas vivre, alors pourquoi tu reste ? Pour perdre encore plus d’argent ? C’est quoi le delire?

            Faut pas oublier que du travail il y en a partout, mais que forcement, reste assis dans une voiture c’est moins fatiguant que de faire le menage, ou bien faire la cuisine.

            Taxis, vtc, ca me fait rire quand on appelle ca du travail… Enfin, c’est communément admis comme tel, alors tout va bien.

            Apres tout y’a la demande.
            J’appelle ca « un service payé » perso.

          • Pat’

            Un « service payé », faut bien quelqu’un pour le rendre ce service, et cette personne travaille pour ça.

            Je ne sais pas si tu as le permis ou si tu conduis, mais si c’est le cas, je t’invite à passer 7 heures dans ta voiture à sillonner les routes d’un quelconque centre ville (de préférence grande ville), et nous verrons si tu n’en reviens pas épuisé (sachant qu’en plus, ils doivent supporter une clientèle pas toujours très agréable)…

            Si on va sur le terrain de la fatigue et que tu estimes qu’un VTC/Taxi ne se fatigue pas, que dirons nous des secrétaires, des comptables, des réceptionnistes d’hotel etc… Je fais partie de cette tranche de la population à travailler en bureau, assis devant un écran la plupart de ma journée, et oui ça fatigue, comme tout travail !
            Les femmes de ménage n’ont pas la primeur de la fatigue…

            Pour finir, concernant ta 1ere phrase : « pourquoi rester si ton salaire ne te fais pas vivre ». Malheureusement, changer n’est pas simple dans ce pays…

          • ⠀⠀

            Pour avoir bossé en tant que Uber pendant quelques mois, c’est un vrai job, qui est sous payé mais c’est comme ça, c’est le prix a payer pour mettre du beurre dans les épinards, oui quand je dis ça, je me prostituais auprès d’uber, simplement parceque la nuit, il y a pas masse de job qui te permettent de travailler quand tu veux. La finalité, je bossais peut-être 8h dans la nuit pour être rentable, puis j’allais en cours le lendemain.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !