Tout savoir sur la console Microsoft Xbox Series X

La Xbox Series X est la concurrente de la PS5 et doit permettre à la marque de se relancer sur le marché des consoles de salon après l’échec de la Xbox One, vendue trop chère à sa sortie pour espérer concurrencer la PS4. Pour ce faire, la firme de Redmond s’est plus que jamais tournée vers ce qu’il se fait sur PC pour concevoir sa Xbox Series X. Et comme un symbole, cela se reflète dès le design de la console, inspiré tout en sobriété de celui d’une tour d’ordinateur, qu’il est possible de positionner soit à l’horizontale soit à la verticale en fonction de ce qui arrange l’utilisateur. La manette quant à elle n’évolue que très peu. On note quelques différences esthétiques peu prononcées et l’incorporation d’un troisième bouton central accompagnant Start et Select. La qualité des gâchettes et de la flèche directionnelle a été revue à la hausse, semblant s’inspirer de ce qui se fait déjà sur Xbox Elite Wireless Controller Series 2 (tout en restant bien plus entrée de gamme).

Lire la suite

Une fiche technique démentielle

Dans les entrailles de la bête, un processeur personnalisé basé sur l’architecture Zen 2 du fondeur AMD. Le GPU repose quant à lui sur l’architecture RDNA 2 du même AMD, une technologie encore jamais exploitée jusqu’ici. Elle permet à la Xbox Series X d’offrir une puissance de calcul graphique impressionnante de 12 téraflops. C’est deux fois plus que sur la Xbox One X et quasiment trois fois plus que sur PS4 Pro.

Un tel hardware a forcément des conséquences sur le rendu en jeu. Microsoft fait savoir que la Xbox Series X peut faire tourner des titres en 8K, 4K 60 fps ou 1080p 120 fps. Ce sont bien sûr des indications et le travail d’optimisation devra suivre pour arriver jusque-là. Sans parler du peu d’équipements pouvant actuellement supporter de telles performances (téléviseurs, connectiques, câbles). La console est compatible ray-tracing. Activée, cette option change du tout au tout l’environnement graphique du jeu grâce à un calcul en temps réel des rayons de lumière et des reflets. Une fonctionnalité gourmande en ressources mais qui fait toute la différence.

Autre caractéristique particulièrement intéressante : la console est équipée d’un SSD, comme la PS5. Ce type de stockage réduit drastiquement les temps d’installation et de chargement. Les options de “voyage rapide” présentes dans les open world permettant de se rendre d’un point à l’autre de la carte deviennent presque instantanées, sans écran de chargement si agaçant. Les textures apparaissent aussi bien plus rapidement lorsqu’on se déplace ou tourne la caméra rapidement. Le SSD offre aussi la possibilité à la Xbox Series X de proposer ce que Microsoft appelle le Quick Resume, une fonctionnalité servant à passer d’un jeu à l’autre sans temps de chargement, en reprenant sa progression là où elle avait été laissée.

Le groupe américain a présenté d’autres fonctionnalités visant à améliorer l’expérience de jeu. Le Dynamic Latency Input synchronise en temps réel l’input avec ce qui est affiché à l’écran. Les contrôles en deviennent encore plus précis et réactifs. Le Variable Rate Shading permet quant à lui de profiter d’un taux de rafraîchissement plus stable.

Comparatif prix de la Microsoft Xbox Series X
Actualités sur la Microsoft Xbox Series X
Tous les articles