Un malware copie l’apparence de Chrome afin de mieux voler vos données

 

Le navigateur Internet Google Chrome est un des logiciels les plus répandus et utilisés, soyez donc en ce moment sur vos gardes puisqu’un malware se cachant sous le nom d’eFast Browser reprend trait pour trait l’interface du navigateur de Google afin de tromper l’utilisateur. 

efast browser malware

Chrome est comme vous le savez probablement un navigateur dont la structure est libre de droit, accessible en Open Source et donc reproductible à souhait. Ces versions modifiées ajoutant ou retirant des fonctionnalités selon l'emploi que l’on désire lui donner s’appellent des Forks, comprendre des dérivés. C’est justement d’une fork dont il est question avec le programme malveillant baptisé eFast Browser.

Afin de contourner les sécurités imposées par les services de Chrome, le malware trompe les défenses en prenant l’aspect du navigateur de Google. Il s’étend dans les fichiers sources, dans les liens par défaut, ouvre des fenêtres intempestives, redirige vers des pages corrompues, garde une trace de vos actions, vous bombarde de publicité ciblée et pour couronner le tout, obtient l’accès aux données de l’ordinateur sur lequel il est installé.

efat malware chrome

Tel un malware-caméléon rappelant Ghost Push, eFast Browser se base sur le code source de Chromium, version Open Source de Chrome sauf que cette version malsaine se permet d’installer sur votre bureau des raccourcis infectés vers YouTube, Facebook, Amazon, Wikipedia,…Plus vicieux encore, l’icône du navigateur reprend l’aspect du raccourci Chrome pour compléter son rôle de leurre parfait.

efast chrome icones

Ainsi, si vous avez le malheur d’installer eFast Browser, vous risquez non seulement de connaître un affaissement des performances de votre machine et surtout de subir des vols d’informations, de l’injection de publicités par laquelle les pirates tirent leurs revenus… le plus problématique restant bien évidemment le vol de données personnelles, identifiants, mots de passes, coordonnées bancaires, etc.

Une entreprise légale

eFast Browser aurait été développé par Clara Labs., un éditeur français déjà auteur de différents navigateurs tels que BoBrowser, Tortuga ou Unico. Le comble de cette histoire est que l’entreprise se trouve dans la légalité la plus totale comme le précise nos confrères de l’Atlantico grâce à la loi Surveillance d’avril dernier.

efast chrome

Une autre loi autorise ce genre de pratique, celle de Programmation militaire datant de 2014 et autorisant l’extraction de données personnelles d’un ordinateur pour des raisons de surveillance. Toutefois, les institutions gouvernementales ayant généralement recours à ces pratiques emploient des méthodes plus discrètes et moins brouillonnes. eFast Browser est relativement facile à désinstaller, il vous faudra tout de même vérifier si il n’est pas allé consulter vos programmes et applications via le panneau de configuration.

via



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
top 200 pires mots passe 2020
Voici le top 200 des pires mots de passe de 2020

Le top 200 des pires mots de passe de l’année 2020 est désormais disponible. Comme tous les ans, l’indémodable 123456 arrive en tête du classement. Parmi les thématiques favorites des internautes, on trouve le divertissement, les grossièretés, les prénoms ou les suites de chiffres….

tesla powerwall faille
Tesla : une importante faille de sécurité menace les batteries Powerwall

Des chercheurs en sécurité informatique ont détecté une faille de sécurité importante dans le Tesla Backup Gateway, le système qui gère les connexions au réseau des Powerwall, les batteries de stockage d’énergie domestiques du constructeur. En 2015, Tesla a lancé…

carte sim arnaque
Elle se fait pirater sa carte SIM et perd 17 000 €

Un pirate a réussi à pirater la carte SIM d’une utilisatrice à de multiples reprises, interceptant à sa place les SMS de double authentification. Malgré de nombreuses tentatives pour stopper le processus, le hacker a réussi à voler 17 000…