Trump veut déclarer l’urgence nationale pour bannir définitivement Huawei et ZTE

Donald Trump veut renforcer la répression contre Huawei et ZTE aux États-Unis avec une interdiction définitive de leurs équipements 5G pour toutes les entreprises américaines. Il envisage de déclarer « l’urgence nationale » pour y parvenir. Huawei a de son côté répliqué en annonçant vouloir devenir numéro un mondial en 2019.

trump huawei zte

En août 2018, Donald Trump interdisait l’utilisation de technologies Huawei et ZTE au sein des administrations américaines et dans les entreprises sous contrat avec le gouvernement des États-Unis. Le président souhaite désormais aller plus loin et faire passer un nouveau texte de loi interdisant purement et simplement à n’importe quelle société américaine de traiter avec les deux groupe chinois. Et pour cela, il est même prêt à décréter « l’urgence nationale », rapporte Reuters.

Huawei vise la place de numéro un mondial

Pour rappel, les États-Unis demandent à leurs alliés de bannir Huawei et ZTE de leurs infrastructures 5G pour leurs liens supposés avec le gouvernement chinois et les risques d’espionnage qui en découlent. Un appel qui a trouvé écho dans plusieurs pays déjà. Huawei et ZTE ont été exclus du marché de la 5G en Australie puis en Nouvelle-Zélande. Cela pourrait aussi être le cas au Japon ou au Canada. En Europe, le MI6 conseille aux autorités du Royaume-Uni de suivre la tendance. France, Belgique et Allemagne ont lancé des enquêtes pour évaluer les risques.

Pas de quoi décourager Huawei, qui ne compte pas baisser les bras. « Plus grande est la difficulté, plus grande est la gloire », a déclaré Guo Ping, l’un des trois présidents de Huawei, dans un message de nouvel an relayé par l’AFP. Avec de grands objectifs pour 2019. « Nous ne devons pas être découragés par des incidents d’origine malveillante ou des revers temporaires et nous devons rester déterminés à atteindre le sommet mondial. Les revers ne nous rendront que plus courageux et un traitement incroyablement injuste nous poussera à devenir numéro un mondial », a-t-il assuré. C’est bien parti sur le marché du mobile : il est désormais numéro 2 devant Apple et juste derrière Samsung.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei est prêt à remplacer Android et Windows dès 2019

Malgré les pressions venant de toutes parts, Huawei continue d’afficher sa détermination à sortir de son isolement. Richard Yu, le responsable de la division mobile du groupe chinois à confirmé que ses alternatives à Android et Windows pourraient être lancées…

Affaire Huawei : pourquoi ARM a cédé face à la Maison Blanche ?

L’affaire Huawei a pris un nouveau tournant avec la défection d’ARM – l’entreprise conçoit l’architecture et les coeurs qui sont utilisés par l’ensemble des fondeurs du marché, dont HiSilicon (filiale de Huawei), MediaTek, Apple, Qualcomm ou encore Samsung. Or ARM…

Huawei : TSMC n’abandonne pas la firme chinoise

Huawei a enfin droit à une bonne nouvelle. Le fondeur TSMC a en effet décidé de ne pas abandonner le constructeur chinois. Contrairement à Panasonic, ARM ou Toshiba, l’entreprise taïwanaise continuera de fournir des composants à Huawei malgré le décret…

Huawei : Panasonic refuse aussi de fournir le constructeur

Huawei essuie un nouveau revers. Panasonic, le géant japonais de l’électronique, refuse maintenant de fournir ses composants au constructeur chinois. Apparement, certains produits élaborés par la firme reposent sur des technologies américaines. Comme ARM avant lui, Panasonic est donc contraint de plier…

Huawei : des opérateurs refusent de vendre ses smartphones 5G

Huawei continue d’encaisser les répercussions du décret de Donald Trump. Lâché par ses fournisseurs et banni d’Android, le constructeur chinois doit maintenant faire face à l’abandon de certains opérateurs britanniques, japonais et taïwanais. Une poignée de télécoms refusent en effet…

Huawei demande à l’Europe de l’aider contre les États-Unis

Huawei se cherche des alliés dans la guerre qu’il est en train de mener face aux États-Unis. Le groupe chinois tente de convaincre l’Union Européenne de l’aider, arguant notamment que les Américains n’hésiteront pas à s’en prendre à d’autres entreprises…