Très Haut Débit : l’UFC Que Choisir dénonce un plan irréaliste

Ce mardi 26 septembre 2017, l’UFC Que Choisir publie un rapport dénonçant l’irréalisme du plan France Très Haut Débit du gouvernement. Selon elle, en l’état, le plan pourrait prendre jusqu’à 13 ans de retard par rapport aux promesses d’Emmanuel Macron. L’association réclame une révision complète du plan et invite l’Etat à mettre la priorité sur les zones rurales.

très haut débit irréaliste ufc que choisir

Dans son rapport, l’UFC Que Choisir dénonce tout d’abord la fracture numérique entre les zones urbaines et les régions rurales françaises. En effet, comme elle le souligne, le très haut débit n’est accessible que par 1% des habitants de Creuse ou de Dordogne, alors que 90% des Parisiens y ont accès. Un exemple qui illustre le problème de façon explicite. L’explication est simple : les opérateurs préfèrent se concentrer sur les régions peuplées car le nombre de clients potentiels est largement plus élevé.

Pire encore, 11,1%  des internautes français, soit plus d’un sur 10, n’ont même pas accès au haut débit. Avec un débit de seulement 3 Mbit/s, ces personnes ne peuvent même pas profiter de fonctionnalités devenues basiques comme la visiophonie ou la télévision 4K. En effet, selon le cahier des charges du plan France Très Haut Débit, le haut débit doit proposer un débit minimal compris entre 3 et 4 Mbit/s. Pour l’UFC, ce débit minimal doit impérativement être revu à la hausse.

Très Haut Débit : le plan du gouvernement pourrait prendre 13 ans de retard selon l’UFC Que Choisir

Par ailleurs, L’UFC Que Choisir souhaite que l’Etat « cesse de faire de la fibre optique jusqu’à l’abonné le totem du très haut débit  ». Rappelons en effet que le plan France Très Haut Débit repose à 80% sur la fibre optique. Emmanuel Macron a récemment annoncé sa volonté de s’appuyer sur la 4G et la 5G pour accélérer le projet, mais cela ne suffit pas pour l’association de consommateurs. L’UFC Que Choisir souhaite que le gouvernement consacre ses ressources financières à la réduction rapide de la fracture numérique pour permettre à tous de bénéficier d’un accès à internet de qualité.

Par ailleurs, l’association dénonce la caractère totalement irréaliste, « purement chimérique » du plan Très Haut Débit à l’heure actuelle. Alors que seulement 49,7% de la population est couverte en très haut débit à l’heure actuelle, il faudra attendre au moins 2035 pour que le projet aboutisse. On est donc bien loin de l’objectif initial fixé à 2022, et encore plus loin de la volonté d’Emmanuel Macron de concrétiser le plan Très Haut Débit dès 2020.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le plan Très Haut Débit fait l’objet de sérieuses critiques. En janvier 2017, la Cour des Comptes estimait le coût du plan Très Haut Débit à 34,9 milliards d’euros au lieu de 20 milliards d’euros. Face au caractère utopiste de ce plan, l’UFC Que Choisir réclame aujourd’hui plusieurs modifications. L’association demande à ce que la fibre optique ne soit plus au cœur du projet, et invite les opérateurs et le gouvernement à investir davantage d’argent pour se rapprocher des objectifs. Enfin, elle demande aussi à ce que les zones rurales soient privilégiées pour réduire la fracture numérique.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
eBay.com lance un programme de reprise immédiate de smartphone

eBay.com vient de lancer un programme de reprise immédiate de smartphones. Réservé pour le moment à la version américaine du site, et à une sélection de smartphones, ce programme permet de récupérer immédiatement plus d’argent que chez la plupart des…

Internet : nous sommes 4,2 milliards d’internautes dans le monde

4,2 milliards d’internautes dans le monde. Nous sommes de plus en plus nombreux à pouvoir accéder à internet, notamment grâce aux smartphones, et cela se ressent dans les chiffres. Premiers bénéficiaires de cette nouvelle audience : les réseaux sociaux comme…