Amazon Echo : tout sur les enceintes, Alexa, et leur arrivée en France

Amazon Echo est une gamme d’enceintes connectées lancée par Amazon dès 2014, soit deux ans avant Google Home. Ces appareils sont contrôlés par l’assistant vocal intelligent Alexa que l’on peut invoquer en prononçant, selon les préférences de l’utilisateur, « Alexa », « Ordinateur » ou « Echo ». Les appareils de la gamme sont tous capables d’interagir avec l’utilisateur via la voix, de jouer de la musique, faire des listes, définir des alarmes et des comptes à rebours, lire des podcasts, lire des livres audio, et fournir des informations en temps réel sur l’actualité, la météo et le trafic entre autres exemples. C’est aussi le hub le plus compatible pour tout ce qui est domestique et objets connectés.

En outre, les Amazon Echo peuvent acquérir de nouvelles fonctionnalités via les Skills, sortes d’applications réalisées par des tiers, que l’on peut installer depuis le site d’Amazon. Les utilisateurs peuvent également créer ces fameuses Skills. Retrouvez ici toutes les dernières actualités autour des nouvelles enceintes connectées d’Amazon !

Amazon Echo : trois enceintes à des prix agressifs

Pour son lancement, Amazon propose en France trois enceintes couvrant une gamme de prix allant de 59,99 à 129,99 €, hors promotion : Amazon Echo, Echo Dot et Echo Spot. Mais pour fêter l’arrivée des enceintes en France, Amazon vend les trois enceintes connectées à moitié prix pour toutes les précommandes. Une opération que l’on espère être régulièrement réitérée ; après tout c’est parce qu’il était offert par certains magasins lors de périodes de promotions (Black Friday, Cyber Monday, Soldes…) que le Google Home Mini s’est immiscé dans de nombreux foyers.

L’Amazon Echo est l’enceinte qui mise tout sur la qualité audio avec un son Dolby Digital. Elle dispose de 7 microphones (6 sur la circonférence et un sur le dessus) couplé à de puissants algorithmes pour comprendre vos ordres même dans des environnements bruyants. Elle est habituellement vendue 99,99 €.

L’Amazon Echo Spot a une moins bonne qualité audio mais dispose d’un écran tactile qui permet d’interagir avec Alexa autrement qu’avec la voix. Une discrète webcam permet de passer des appels vidéo.

Enfin, il y a l’Amazon Dot, l’enceinte la moins chère. Un petit galet qui reprend toutes les fonctionnalités d’Amazon Echo et qui est commercialisé 59,99 € (29,99 € lors du lancement). C’est sans aucun doute l’enceinte qui a le plus le potentiel de devenir un produit de consommation de masse, comme le Google Home Mini.

Amazon Echo : Alexa un assistant personnel du niveau de Google Assistant ?

Amazon a pris le temps d’adapter Alexa en version française, langue que l’assistant n’avait jusqu’ici jamais parlée. Outre une poignée de pays anglophones, les enceintes Amazon Echo n’étaient jusqu’ici disponibles qu’en Allemagne. « L’intelligence » et la « compétence » des assistants vocaux a déjà fait l’objet d’études, et on peut donc comparer Alexa avec Siri et Google Assistant sous cet angle.

Alexa a récemment bénéficié de nombreuses améliorations : plus d’intelligence artificielle, la capacité d’interpréter vos commandes en analysant l’historique de vos questions. Dans une étude, nos confrères de Tom’s Guide montrent qu’Alexa est du niveau de Google Assistant sur les questions de culture générale, Il est également particulièrement bon pour faire des achats en ligne (on s’en serait douté).

Alexa est meilleur que Google Assistant sous l’angle Appels et SMS car passer gratuitement des appels et envoyer des SMS à d’autres utilisateurs d’Alexa (y compris sur smartphone). C’est également l’assistant le plus compatible avec les objets connectés du marché. En outre son gros plus par rapport à Siri et Google Assistant, ce sont ses Skills qui permettent de lui donner de nouvelles fonctionnalités. Dans l’ensemble, la plupart des tests que nous avons lus donnent à Google Assistant la première place des assistants vocaux, suivi de près par Alexa, tandis que Siri est pratiquement disqualifié.

Amazon Echo arrive dans un marché hautement concurrentiel

Google a été le premier à proposer en France une enceinte connectée, et a su marquer très rapidement des points, sans doute poussé par la popularité de Google Assistant présent sur les smartphones Android. Dans la foulée des Echo, Apple s’apprête à lancer son HomePod, une enceinte très haut de gamme qui mise sur son intégration à l’écosystème des iPhone, et une qualité audio hors pair.

La popularité d’Amazon pour le commerce en ligne ne fait plus débat, on lui entrevoit déjà quelques faiblesses par rapport à ses concurrents. D’abord, il y a le retour d’expérience des Etats-Unis : l’enceinte y était jusqu’à il y a peu de temps hégémonique. Mais aujourd’hui la dynamique est clairement en faveur du HomePod. Les dernières études de 2018 montrent qu’Amazon Echo n’a plus que 52% de parts de marché sur les enceintes connectées. D’ici 2022, Google Home pourrait complètement inverser la tendance.

En France, Amazon part déjà avec un handicap : d’avoir laissé Google lancer le premier ses enceintes connectées dans l’hexagone. Aux Etats-Unis toujours, le HomePod n’a pas pris ses 12% de parts de marché sur le dos de Google, mais sur celui d’Amazon. Là encore, le HomePod arrive en France et il faudra voir comment se comporte le marché avec une diversification aussi soudaine de l’offre. Et on ne vous parle même pas des autres enceintes connectées, comme Djingo, projet porté par Orange.

Reste qu’Amazon a une carte supplémentaire à jouer : les enceintes concurrentes équipées d’Alexa. De nombreux modèles devraient sortir pour tenter de capter une base d’utilisateurs Alexa supplémentaire. Rien de forcément original par rapport à Google Assistant, mais un avantage face à Apple, tout du moins pour le moment !

Reste que les statistiques sont pour l’instant très prometteuses : le marché des enceintes connectées a explosé de +300% au quatrième trimestre 2017 avec 18,6 millions d’enceintes vendues dans le monde. Et rien ne semble pour l’heure indiquer d’infléchissement de la tendance.