Pourquoi Google a-t-il accepté de revendre Motorola à Lenovo ?

Maj. le 30 octobre 2014 à 16 h 36 min

Durant la soirée d’hier, Google surprenait la toile entière en annonçant la cession de Motorola Mobility au constructeur informatique, Lenovo, pour la somme de 2,91 milliards de dollars soit un peu plus d’un cinquième des 12,5 milliards de dollars que le groupe avait alors déboursé pour acquérir son ex-filiale, entre 2011 2012.

Pour quelles raisons la firme a-t-elle décidé d’accepter une transaction au rabais ? Certainement pas par résignation. Nous allons vous expliquer pourquoi.

Lenovo achère Motorola

Rachat de Motorola par Lenovo. Quelles sont les vraies motivations de Google ?

Annoncée hier en fin de soirée, la revente de Motorola à Lenovo par Google pour la somme de 2,91 milliards de dollars est une « étape importante pour l’ensemble des utilisateurs Android », selon Larry Page qui justifie cette décision par une volonté de la firme de faire profiter à sa future ex-filiale de l’expertise du constructeur chinois dans l’écosystème Android.

Un objectif de rentabilité jamais atteint

En dépit des efforts déployés et des sommes dépensées par Google pour reconstruire l’image de marque de Motorola et de son implication dans la conception et la promotion du Moto X et du Moto G, la firme américaine n’est pas devenue plus rentable pour autant. Entre janvier et septembre 2013, Motorola accusait encore une perte opérationnelle de l’ordre de 900 millions de dollars tandis que sa part de marché mondiale chutait à 1,4%.

A partir de là, Google n’a-t-il pas tout simplement baissé les bras avant l’atteinte de son objectif de rendre Motorola rentable ?

Un portefeuille de brevets conservés

Si à l’époque, Google a déboursé, sans sourciller la somme de 12,5 milliards de dollars pour racheter Motorola, c’était plus pour ses brevets que pour tout autre chose. Moutain View avait d’ailleurs rapidement récupéré la somme de 2,4 milliards de dollars en revendant l’activité de décodeurs de Motorola et utilisé les pertes financières de sa nouvelle filiale pour obtenir une déduction d’impôts.

En revendant Motorola Mobility à Lenovo, Google conserve néanmoins la quasi-totalité des 17 000 brevets qui composaient alors le portefeuille du constructeur américain.

Un plus pour Lenovo sur le marché des smartphones

Si Lenovo produit d’excellents smartphones, il est toutefois loin d’être aussi populaire que ses concurrents. Toutefois, grâce à ce rachat, la marque chinoise, dont la part de marché plafonnait à 6% fin 2013, va enfin pouvoir s’imposer sur le marché international en devenant le troisième constructeur mondial de smartphones derrière Samsung et Apple qui affichent respectivement 32,3% et 15,2% de parts de marché.

Avec Motorola Mobility dans sa manche, Lenovo va, en effet, pouvoir tirer parti des accords de sa nouvelle filiale avec les opérateurs américains pour mieux s’imposer sur ce marché tout en continuant à contrer la concurrence grandissante de ses concurrents locaux comme ZTE ou Huawei. Par ailleurs, ce rachat pourra également aider la firme à étendre sa présence en Europe.

Google et Samsung, la nouvelle alliance ?

Depuis l’annonce de la signature de l’accord de partage de licence entre Google et Samsung, le week end dernier, il se murmure déjà que les liens qui unissent les deux entreprises sont bien plus étroits qu’ils n’y paraissent. Par ailleurs, d’après Recode, il serait même question que Samsung modifie Touchwiz en supprimant certains de ses logiciels pour mettre plus en avant les services de Google.

Il y a quelques mois, on pouvait lire que les relations entre Google et Samsung étaient tendues. Or sachant qu’Android doit en grande partie sa réussite au succès des appareils Galaxy, tout comme les services de Google rendent grandement service aux produits du coréen, il fallait bien aplanir les choses à un moment ou à un autre.

Sachant que Google, voyait le développement grandissant des services et applications de Samsung sur les appareils du coréen comme une volonté de s’émanciper d’Android, tout comme Samsung voyait d’un mauvais œil l’implication de Google dans l’aspect matériel des terminaux sous son OS suite au rachat de Motorola, les deux ne pouvaient pas s’entendre tant que Google détenait ce moyen de pression, à l’égard de son partenaire.

En conclusion

Sans pour autant pouvoir prétendre connaître toutes les raisons qui se trouvent derrière la décision de Google de se débarrasser de Motorola, on peut néanmoins présupposer de certaines d’entre elles. Et si la motivation de Mountain View se débarrasser des parties « inutiles » de sa filiale pour ne conserver que l’essentiel, en l’occurrence, les brevets, apparaît comme évidente, les relations entre Google et Samsung qui semblent être revenues au beau fixe amènent tout de même à se poser différentes questions auxquelles seules les événements futurs seront susceptibles d’apporter une réponse.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Meilleures applications Android gratuites en 2019

Vous recherchez une liste des meilleures applications Android gratuites en 2019 ? A côté des applications que tout le monde connaît (applications Google, Facebook, Twitter, et autres WhatsApp), il existe une multitude d’applications extrêmement pratiques et innovantes. Nous avons rassemblé…

NFC sur Android : à quoi ça sert et comment l’utiliser ?

Aujourd’hui, de très nombreux smartphones Android présents sur le marché sont équipés de puces NFC. Pourtant, cette technologie est encore relativement peu connu du grand public, qui a plutôt tendance à passer à côté sans savoir de quoi il en retourne. Il s’agit pourtant d’une fonctionnalité clé qui s’impose peu à peu dans plusieurs secteurs, à commencer par le paiement mobile.

Combien de RAM faut-il vraiment dans un smartphone Android en 2019 ?

Certains smartphones ne font plus vraiment dans la demi-mesure en termes de RAM. Le fait que les smartphones disposent aujourd’hui d’autant de RAM que de nombreux PC provoque, c’est selon, haussements d’épaules, gloussements, moqueries ou envie. Mais les avis sur…