Plus de 70% des députés ne maîtrisent pas le numérique

Selon une étude l’Institut Montaigne, plus de 70% des députés de l’Assemblée Nationale ne maîtrisent pas le numérique. Il s’agit pourtant d’un enjeu majeur de notre société.

depute numérique

Le nouveau ministre de la cybersécurité japonais n’a jamais utilisé de PC ? Et alors ? En France, les députés de l’Assemblée Nationale ne semblent pas maîtriser davantage les enjeux du numérique. Selon une étude de l’Institut Montaigne, plus de 70% des députés actuellement en fonction ne maîtrisent pas le numérique (très précisément 71,8%). Cela représente 414 députés sur les 577 que compte l’Assemblée Nationale.

Pour mesurer ce chiffre, l’Institut Montaigne s’est appuyé sur plusieurs paramètres :

  • l’implication des députés sur les textes de loi portant sur le numérique
  • leurs expériences passées dans ce domaine
  • l’obtention d’un diplôme en lien avec le numérique

Les détails de l’étude détonnent. 31 députés seulement sur les 577 obtiennent le statut d’ »expert » du numérique, soit 5,4% de l’Assemblée Nationale. 59 élus se classent parmi les « connaisseurs » (10,2%) et 73 portent l’étiquette d’ »amateurs » (12,6%).

Des députés déconnectés

Si ces chiffres peuvent paraître inquiétants, ils s’améliorent par rapport à la précédente législature. A l’époque, 13 députés seulement atteignaient le statut d’ »expert ». L’Institut Montaigne explique cette hausse par l’arrivée de députés plus jeunes, mais surtout issus du secteur privé. Gilles Babinet, chargé des questions numériques pour l’Institut Montaigne explique à nos confrères des Échos :

Cela s’explique principalement par un fort renouvellement des parlementaires et une arrivée très significative de profils issus de la société civile et notamment de personnalités qui ont un parcours professionnel dans le numérique.

Pourtant l’État mène des projets sur le terrain du numérique. Il a par exemple prévu dans son agenda politique la taxation des GAFA ou encore la lutte contre les « fake news ». Mais c’est encore insuffisant selon Gille Babet, la faute notamment à « une absence de compétences que l’on retrouve à tous niveaux, et en particulier à l’Assemblée Nationale ». Et de déplorer :

Ces résultats sont insatisfaisants tant l’accélération du monde induite par la révolution numérique nécessite d’avoir une meilleure compréhension de ces enjeux. Presque toutes les politiques publiques ont désormais un lien plus ou moins direct avec le numérique.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !