Très Haut Débit : le gouvernement va mettre la pression sur les opérateurs pour atteindre les objectifs

Maj. le 12 mars 2018 à 17 h 55 min

Le secrétaire d’Etat à la Cohésion des Territoires Julien Denormandie prévient les opérateurs : pour parvenir à respecter les objectifs du Plan France Très Haut Débit et accélérer le déploiement, ils vont devoir investir, et beaucoup. Face à l’échec présent du plan, il leur demande d’avoir « mal » et d’accepter que ce soit « douloureux ».

sfr bouygues orange free

Le gouvernement veut faire souffrir les opérateurs pour atteindre les objectifs du Plan France Très Haut Débit. Julien Denormandie, secrétaire d’Etat à la Cohésion des Territoires, a annoncé la couleur à l’occasion d’une table ronde sur le très haut débit fixe et mobile au congrès des maires. Questionné par des maires sur la question de la vitesse du déploiement, il admet que celui-ci est trop lent et que le plan est pour l’instant un échec. « La feuille de route est claire : du bon débit pour tous en 2020, du très haut débit en 2022. Et nous devons préparer la société du gigabit, l’Union européenne ayant fixé un objectif à atteindre pour 2025″, a-t-il déclaré.

Les opérateurs doivent investir massivement pour le Très Haut Débit

Il a parlé d’imposer des « objectifs fermes, contractuels et opposables » aux opérateurs, qui seraient sanctionnés en cas de non respect des termes du projet. « Nous n’y arriverons pas si nous ne nous faisons pas un peu mal. Et il faut que vous, opérateurs, ayez mal. Car investir plus, c’est mettre plus d’argent encore. Aller plus vite, c’est forcément douloureux », prévient-il. Il explique que l’État va également faire des efforts en changeant sa politique d’acquisition des fréquences mobiles. « L’approche ne sera plus budgétaire, mais en fonction de ce qui est le mieux pour l’aménagement du territoire », assure-t-il.

Julien Denormandie a réitéré sa confiance dans le principe des RIP (réseaux d’initiative publique), qui ont par exemple abouti à la signature d’un accord inédit entre Free et Orange pour déployer la fibre optique. Mais il veut aussi que d’autres solutions soient proposées. Patrick Chaize, sénateur de l’Ain, a déposé une proposition de loi visant à « sanctionner les pratiques délétères visant à doublonner le réseau ou à ne pas respecter les engagements pris ». Cette loi a pour but de « protéger les citoyens des effets d’annonce » et de « sécuriser les investissements des acteurs publics comme privés, et rendre contraignants les engagements de déploiement ». Elle permettrait de proposer un cadre plus propice à la réalisation du plan France très haut débit, qui requiert de la « stabilité ». Une proposition de loi « exactement dans l’état d’esprit du gouvernement », indique le secrétaire d’Etat à la Cohésion des Territoires.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
5G : tout ce qu’il faut savoir sur le réseau du futur

La 5G, on en entend parler de plus en plus. Ce réseau du futur, tous les industriels y croient. Il permettra de nous faire vivre dans un monde ultra-connecté où les voitures se déplaceront en toute autonomie. Entre autre.

ADSL : Stéphane Richard plaide pour une augmentation du prix

Les prix de l’ADSL seraient trop bas selon le PDG d’Orange Stephane Richard, très critiqué sur la qualité de son réseau cuivre. Dans une interview au Figaro, il annonce le renforcement des ressources allouées à la maintenance du réseau, mais…