Galaxy Note 7 : le scanner d’iris fonctionnera bientôt avec n’importe quelle application

Maj. le 12 novembre 2018 à 16 h 56 min

Le scanner d’iris du Galaxy Note 7 présenté hier soir, pourra bientôt être utilisé partout, avec n’importe quelle application. Une API à destination des développeurs sera prochainement mise en ligne. Samsung a également annoncé lors de la présentation du nouveau flagship qu’un accord a été passé avec 6 banques pour utiliser le scan d’iris comme moyen de paiement. Bref le scan d’iris, ça promet !

reconnaissance d'iris

Samsung va permettre à des développeurs tiers d’utiliser le scanner d’iris du Note 7 dans les applications de leur choix. Cette API sera disponible via le Samsung Pass Program, plateforme sur laquelle l’API du capteur d’empreintes digitales est également disponible au téléchargement.

Apple avait également ouvert son API TouchID aux développeurs tiers comme certains me l’on fait remarquer (on va mettre ça sur le compte de la fatigue).  Mais les applications tirant partie du système ne sont pas légion. On sait également que ce mode d’authentification n’est pas infaillible. Samsung de son côté cherche à transformer l’essai avec son scanner d’iris.

Gadget pour certains, ce nouveau capteur biométrique est quant à lui très prometteur : il a même réussi à rendre Apple jaloux ! Surtout s’il s’avère plus fiable que le capteur d’empreintes digitales. Celui-ci peut par exemple ne pas reconnaître votre doigt si vous avez les mains moites. Et peut être facilement hacké.

En outre, lors de la présentation, Samsung a promis un dispositif extrêmement sécurisé avec un algorithme développé en interne. Il faudra le tester pour se faire un avis. Mais le fait que six banques américaines aient déjà accepté un partenariat pour l’utiliser comme moyen de paiement semble déjà un bon présage.

Pour l’utilisateur lambda, le scanner d’iris peut être utilisé pour sécuriser des dossiers dans le téléphone, ou se substituer à vos mots de passe. Pour permettre à ce dispositif de fonctionner, le Note 7 est doté d’une caméra supplémentaire à l’avant. Il faut alors lever le téléphone à une certaine distance de l’oeil dont il scanne l’iris.

Un algorithme fait ensuite le reste du travail : divers paramètres comme la taille, la forme, la couleur, ou encore les nervures qui le parcourent sont traduites en données numériques. Celles-ci correspondent à une clé de chiffrement. Et si c’est la même que celle enregistrée dans le téléphone, l’accès est autorisé. Vous pouvez le découvrir en action dans cette vidéo.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !