Nokia France va supprimer 597 postes pour 2019, les syndicats reçus a Bercy

Maj. le 22 novembre 2017 à 3 h 25 min

Nokia France va supprimer 597 postes d’ici à 2019 et les syndicats ont été reçus à Bercy ce jeudi 14 septembre. L’intersyndicale reproche à la firme de ne pas respecter les engagements qu’elle avait prise en 2016 lors du rachat d’Alcatel-Lucent et qui stipulaient un maintient des 4200 emplois pendant deux ans et la création de 500 emplois en R&D. Les syndicats demandent le gel du plan social qui aurait déjà permis la suppression de 100 postes. 

nokia france

Les syndicats étaient reçus à Bercy jeudi 14 septembre suite à l’annonce en début de mois d’un plan social de Nokia France qui s’apprête à supprimer 597 postes d’ici à 2019 dans l’Essonne et les Côtes-d’Armor. Les syndicats affirment être venus « faire respecter la parole donnée » : en 2016, lors du rachat d’Alcatel Lucent par le groupe finlandais, la direction s’était en effet engagée à maintenir « 4200 [postes] pendant deux ans » selon l’intersyndicale et d’embaucher 500 personnes dans la recherche et développement.

Nokia France : Bercy reçoit l’intersyndicale sur fond de suppression d’emplois

Toujours selon les syndicats, les effectifs actuels seraient de 3941, tandis que sur les 500 créations de postes prévues, seules une centaine auraient été honorées. Cette « première » réunion a eu lieu en présence duo secrétaire d’Etat à l’Economie Benjamin Griveaux, d’élus, membres du gouvernement et de la direction de Nokia France. Le Figaro précise que l’intersyndicale a insisté sur le rôle local de l’entreprise, et on proposé le gel du plan social « tant que le niveau de 4200 emplois n’est pas atteint ».

Les syndicats déplorent également « un cas de dumping social » puisque les emplois touchés doivent être délocalisés dans des pays où le coût de la main d’oeuvre est plus bas. De son côté la direction du groupe s’est justifiée par la baisse du chiffre d’affaires en 2016 notamment sur la section mobile. Le Monde relève qu’en 2015, Michel Combes, l’homme derrière la fusion Nokia-Alcatel-Lucent avait promis que l’opération créerait des emplois, ce qui sonne aujourd’hui comme de vaines paroles. Les syndicats sont sorti de la réunion en saluant la « bonne écoute » du gouvernement, qui n’a pourtant ni fait d’annonce, ni pris d’engagements pour l’instant.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
TF1 rachète Doctissimo, c’est officiel

TF1 rachète Doctissimo à Lagardère c’est désormais officiel. Le site aux 40 millions de visites par mois va renforcer la notoriété de la chaîne de TV sur le web. Le montant de l’acquisition n’a pas été communiqué par le géant….