L’iPhone de Donald Trump n’est pas sécurisé : la Chine et la Russie espionnent ses appels !

Maj. le 26 octobre 2018 à 19 h 18 min

Donald Trump préfère utiliser son iPhone personnel non sécurisé pour appeler ses amis, révèle le New York Times. D’après les services de renseignement des États-Unis, la Chine et la Russie en profitent pour espionner ses appels. Les Chinois espèrent notamment récupérer des informations utiles dans le cadre de la guerre commerciale que se livrent les deux pays. 

donald trump iphone
Crédit : Gage Skidmore / Wikimedia Commons

Donald Trump utilise un iPhone non sécurisé pour ses conversations privées selon une enquête du New York Times, qui se base sur différents rapports d’agences de renseignement des États-Unis. L’appareil serait utilisé pour appeler des amis ainsi que des partenaires commerciaux, posant de graves problèmes de sécurité. Malgré les inquiétudes suscitées et les rappels à l’ordre, le président des États-Unis n’a pas souhaité changer ses habitudes.

L’iPhone de Donald Trump, un danger pour la sécurité des États-Unis

Le pensionnaire de la Maison Blanche a en fait en sa possession trois iPhone. Deux d’entre eux ont été modifiés par la NSA (National Security Agency) et sont très limités en termes de fonctionnalités. Le dernier iPhone, qui avait remplacé le Galaxy S3 de Donald Trump, déjà pour des questions de sécurité, est quant à lui identique à ceux qu’on peut trouver dans le commerce. Contrairement aux autres, il est par exemple possible d’y enregistrer des contacts. C’est notamment pour cela que Trump préfère passer par son mobile personnel.

Selon le rapport, les services de renseignements américains ont de bonnes raisons de penser que des espions russes et chinois parviennent à écouter les conversations privées de Donald Trump. L’interception des communications serait effectuée par des représentants étrangers travaillant pour des institutions officielles. Le plus gros danger viendrait de la Chine. Trump a annoncé une taxe de 25% sur les importations de smartphones chinois ainsi que plusieurs autres sanctions contre le pays dans le cadre de la guerre commerciale que se livrent les deux puissances.

Les renseignement chinois chercheraient donc à en apprendre plus sur le comportement et les contacts privilégiés de Donald Trump pour apprendre quelles sont les personnes proches de lui à manipuler pour l’influencer. Et si en prime, le président des États-Unis lâche une information importante, ce serait le jackpot. L’opération russe serait quant à elle moins élaborée, rapporte le New York Times.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Siri peut désormais lancer Google Assistant sur iPhone

Siri permet maintenant de lancer Google Assistant par commande vocale depuis une mise à jour de l’application iOS de l’assistant intelligent de la firme de Mountain View. Google tire parti des paramétrages de raccourcis pour Siri pour améliorer l’expérience utilisateur…