Maj. le 18 juin 2019 à 10 h 45 min

Aujourd’hui même se tenait une conférence de presse de la SNCF, une conférence ayant pour objectif de clarifier les intentions de la firme ferroviaire dans le domaine du numérique et en particulier d’internet. Cet événement #DIGITALSNCF nous permet de mieux savoir ce que compte faire l’entreprise historique, les points d’accès WiFi seraient finalement secondaires.

la SNCF veut couvrir en 3G et 4G ses trains et gares
Crédit : Gilles Rolle/Réa.

A partir de 2016, le Wi-Fi gratuit dans les trains fera son apparition, c’est l’une des promesses de la SNCF faite lors de la conférence de presse. « Le dispositif sera testé et opéré de manière commerciale dès juin 2015« , c’est le responsable de l’innovation à la direction digitale SNCF Frédéric Burtz qui a fait cette déclaration, les choses sont donc en marche.

Ce sera tout d’abord la ligne Paris-Lyon qui sera équipée en 2016, suivi de Paris-Bordeaux et Paris-Strasbourg en 2017. Mais le Wi-Fi promis un mois plus tôt est secondaire puisque la SNCF compte s’allier réellement aux opérateurs mobiles pour fournir 2G, 3G, 4G sur toutes les lignes et dans toutes les gares. « Ensuite, nous aurons une couverture en complément en Wi-Fi dans les gares et les TGV » précise encore une fois Frédéric Burtz.

Alors que jusqu’ici la situation n’avançait pas car ni les opérateurs ni la SNCF ne trouvaient leurs comptes lors des négociations, la SNCF déclare « C’est la fin du renvoi de balle entre les opérateurs et la SNCF« . Ce n’est pas des paroles en l’air, cette fois-ci la firme fait les choses bien en annonçant trois mesures principales qui seront appliquées prochainement.

Tout d’abord, des tests seront effectués sur l’ensemble des lignes SNCF pour déterminer la couverture 3G et 4G. Des tests qui se feront en étroite collaboration avec l’ARCEP et les 4 opérateurs français, les méthodes utilisées seront les mêmes que celles de l’ARCEP elle-même pour un maximum de précision. Les essais débuteront en mars et les premiers résultats tomberont en avril.

Nous en avons déjà parler plus haut, mais je reviens en détail dessus, le WiFi ne sera pas le principal moyen d’accéder à internet, des points d’accès seront déployés dans les plus grandes gares et dans quelques lignes de TGV uniquement. La SNCF privilégie totalement les réseaux mobiles et voudrait même utiliser une technologie alliant WiFi et 4G.

Pour finir, la SNCF est celle qui fait le premier pas vers les opérateurs en « tendant la main » vers ces derniers ainsi que l’ARCEP pour pouvoir fournir au mieux et au plus tôt une connexion internet pour tous les utilisateurs, et ce, dans tous les trains et toutes les gares. C’est un projet très prometteur que la SNCF entreprend, espérons qu’elle tienne ses objectifs en temps et en heures, la RATP, elle, prend déjà du retard.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Chrome : Google va bloquer les faux sites HTTPS non sécurisés

Dans une prochaine mise à jour, Google Chrome va s’attaquer aux sites web présentant des pages HTTPS qui n’offrent pas les garanties de sécurité du standard. Il existe en effet de nombreuses pages web en HTTPS mais qui chargent du contenu non…

WiFi 6 : qu’est ce que c’est et à quoi ça sert ?

Le WiFi 6 commence peu à peu à s’imposer comme le standard des connexions sans fil domestiques. Mais à quoi correspond cette appellation exactement ? Quelles différences avec les autres générations de WiFi ? À quoi sert vraiment le WiFi…

Microsoft Edge et Internet Explorer : Flash sera supprimé en 2020

Microsoft a précisé quels sont ses plans pour la technologie Flash pour ses navigateurs Microsoft Edge et Internet Explorer. La firme de Redmond annonce une suppression complète pour fin 2020, mais avec des changements progressifs apportés par des mises à…

IPTV : l’ALPA demande à Google de déréférencer une série de sites web

L’IPTV continue d’inquiéter les ayants droit et divers organismes de défense de leurs intérêts. L’ALPA, l’association de lutte contre la piraterie audiovisuelle veut nuire à la visibilité des fournisseurs de services d’abonnement qui permettent aux utilisateurs d’accéder à des milliers…