La directrice financière de Huawei libérée contre une caution de 6,6 millions d’euros

Meng Wanzhou, la directrice financière et fille du fondateur de Huawei, a été libérée sous caution par le Canada contre le versement de 6,6 millions d’euros. Elle est soumise à une surveillance stricte avec port de bracelet électronique et risque toujours une extradition vers les États-Unis. 

meng wanzhou huawei

Meng Wanzhou a été libérée. La directrice financière de Huawei avait été arrêtée au Canada sur demande des États-Unis au début du mois de décembre 2018 et vient d’être remise en liberté contre le versement d’une caution de 10 millions de dollars canadiens (6,6 millions d’euros), dont 70% en espèces. La fille du fondateur du géant chinois est par contre soumise à une stricte surveillance : elle est obligée de rester dans l’État de Colombie-Britannique et porte un bracelet électronique. Cinq personnes se sont portées garantes d’elle, dont le PDG de Lionsgate Risk Management. Meng Wanzhou doit rencontrer quotidiennement un agent de cautionnement et est assignée à résidence entre 23h et 6h.

Meng Wanzhou et Huawei au cœur de la guerre économique Chine-États-Unis

Son extradition ou non vers les États-Unis n’a pas encore été décidée. Elle y risque jusqu’à 30 ans de prison pour avoir permis à Huawei de braver l'embargo américain sur les exportations en Iran. Banni des USA pour les mêmes raisons, ZTE avait dû payer une amende de plus d’1 milliard de dollars pour éviter des sanctions, dont notamment l’interdiction pour les sociétés américaines de le fournir en composants, l'empêchant du fait de fabriquer des smartphones.

La Chine a menacé le Canada de graves conséquences pour l’arrestation de la directrice financière de Huawei. Faisant craindre une escalade qui a commencé il y a quelques années déjà dans la guerre économique que se livrent les États-Unis et la Chine. Et qui trouve continuité continue jusque dans la politique des entreprises privées désormais. Un fournisseur de Huawei inflige une amende à ses employés qui achètent un iPhone et financent à hauteur de 15% l’achat d’un smartphone Huaweiou ZTE.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei est prêt à remplacer Android et Windows dès 2019

Malgré les pressions venant de toutes parts, Huawei continue d’afficher sa détermination à sortir de son isolement. Richard Yu, le responsable de la division mobile du groupe chinois à confirmé que ses alternatives à Android et Windows pourraient être lancées…

Affaire Huawei : pourquoi ARM a cédé face à la Maison Blanche ?

L’affaire Huawei a pris un nouveau tournant avec la défection d’ARM – l’entreprise conçoit l’architecture et les coeurs qui sont utilisés par l’ensemble des fondeurs du marché, dont HiSilicon (filiale de Huawei), MediaTek, Apple, Qualcomm ou encore Samsung. Or ARM…

Huawei : TSMC n’abandonne pas la firme chinoise

Huawei a enfin droit à une bonne nouvelle. Le fondeur TSMC a en effet décidé de ne pas abandonner le constructeur chinois. Contrairement à Panasonic, ARM ou Toshiba, l’entreprise taïwanaise continuera de fournir des composants à Huawei malgré le décret…

Huawei : Panasonic refuse aussi de fournir le constructeur

Huawei essuie un nouveau revers. Panasonic, le géant japonais de l’électronique, refuse maintenant de fournir ses composants au constructeur chinois. Apparement, certains produits élaborés par la firme reposent sur des technologies américaines. Comme ARM avant lui, Panasonic est donc contraint de plier…

Huawei : des opérateurs refusent de vendre ses smartphones 5G

Huawei continue d’encaisser les répercussions du décret de Donald Trump. Lâché par ses fournisseurs et banni d’Android, le constructeur chinois doit maintenant faire face à l’abandon de certains opérateurs britanniques, japonais et taïwanais. Une poignée de télécoms refusent en effet…

Huawei demande à l’Europe de l’aider contre les États-Unis

Huawei se cherche des alliés dans la guerre qu’il est en train de mener face aux États-Unis. Le groupe chinois tente de convaincre l’Union Européenne de l’aider, arguant notamment que les Américains n’hésiteront pas à s’en prendre à d’autres entreprises…