Jolla dévoile le smartphone Jolla, The Movement, avec son OS SailFish concurrent d’Android

Maj. le 29 septembre 2018 à 0 h 05 min

Jolla et son nouveau smartphone avec son OS nommé SailFish, un nouveau concurrent pour Android qui joue double jeu.

Loin de nous l’idée de changer, mais nous aimons, en plus d’Android vous tenir au courant des nouveautés et surtout de la concurrence sans pour autant en faire notre sujet principal. Aujourd’hui je vous propose une petite présentation de Jolla et de son nouveau smartphone, tout juste annoncé, nommé Jolla ou « The Movement » (le mouvement) qui tournera sous l’OS SailFish (voilier). Jolla ou Jolla étant le nom de la société qui utilise Jolla aussi pour son nouveau téléphone et dont le slogan est « The Movement ». Difficile donc…

SailFish en tant qu’OS du Jolla est un gros travail à partir de MeeGoo, lui-même basé sur Mer qui est un cousin éloigné de Tizen dont il partage certaines briques. Tout ça pour dire qu’il peut lire et faire tourner des applications Android (en plus des API SailFish) donc déjà une énorme banque d’API. Uniquement tactile, l’interface SailFish a été conçue spécialement pour cela (et ressemble un peu à W8), donc aucun bouton physique sur la face avant.

Jolla sailfish OS

Jolla sous SailFish dispose de quelques arguments « d’adaptation » intéressants

Ce smartphone Jolla qui tournera donc sous SailFish dispose d’une coque interchangeable et de profil utilisateur modifiable en fonction de la coque. Il est possible donc de changer l’environnement de travail, les applications, la police d’affichage, le fond, la musique des sonneries ou le carnet d’adresses en fonction du profil et donc de la coque. Plusieurs facettes jouant sur la couleur.

Lui-même, le smartphone dispose d’un écran 4.5 pouces entièrement tactile, d’un processeur dual-core pour le moment inconnu, de 16 Go de mémoire interne, d’une caméra un peu faible 8 megas-pixels avec auto-focus et devrait être compatible 4G. Même si non spécifié on espère un minimum de 2 Go de RAM et un port micro SD habituel de 64Go.

En plus de cette coque arrière interchangeable, le Jolla sous Sailfish est divisé en 2 parties distinctes, la partie arrière peut contenir ces propres composants matériels et communiquer avec la première partie qui gère l’affichage et le processeur. C’est la que l’innovation est puisque cette adaptabilité permettra d’augmenté la puissance, la capacité mémoire, la charge batterie ou l’appareil photo en fonction du module arrière que vous utiliserez. Aucune annonce n’a été faite sur les possibilités de cette seconde partie en dehors de « la limite c’est votre imagination ». Il est prévu à 399 euros d’ici la fin de l’année 2013

via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Redmi K20 Pro : un haut de gamme à moins de 350 € ?

Redmi dévoilera une nouvelle gamme de smartphones le 28 mai prochain. Elle sera composée de deux modèles : un Redmi K20 standard, mais aussi un Remi K20 Pro. Ce sont les premiers smartphones de la marque à embarquer un processeur…

Huawei est prêt à remplacer Android et Windows dès 2019

Malgré les pressions venant de toutes parts, Huawei continue d’afficher sa détermination à sortir de son isolement. Richard Yu, le responsable de la division mobile du groupe chinois à confirmé que ses alternatives à Android et Windows pourraient être lancées…

Realme 3 Pro officiel : une fiche technique canon pour 199 euros

Le lancement du Realme 3 Pro est désormais officiel en France. Le smartphone de l’ancienne filiale de Oppo débarque sur un segment où Xiaomi et Honor sont déjà bien installés, mais son rapport qualité-prix devrait en convaincre plus d’un de…

Affaire Huawei : pourquoi ARM a cédé face à la Maison Blanche ?

L’affaire Huawei a pris un nouveau tournant avec la défection d’ARM – l’entreprise conçoit l’architecture et les coeurs qui sont utilisés par l’ensemble des fondeurs du marché, dont HiSilicon (filiale de Huawei), MediaTek, Apple, Qualcomm ou encore Samsung. Or ARM…

Huawei : TSMC n’abandonne pas la firme chinoise

Huawei a enfin droit à une bonne nouvelle. Le fondeur TSMC a en effet décidé de ne pas abandonner le constructeur chinois. Contrairement à Panasonic, ARM ou Toshiba, l’entreprise taïwanaise continuera de fournir des composants à Huawei malgré le décret…

Huawei : Panasonic refuse aussi de fournir le constructeur

Huawei essuie un nouveau revers. Panasonic, le géant japonais de l’électronique, refuse maintenant de fournir ses composants au constructeur chinois. Apparement, certains produits élaborés par la firme reposent sur des technologies américaines. Comme ARM avant lui, Panasonic est donc contraint de plier…