Huawei : « les Etats-Unis n’ont aucune chance de nous écraser »

Le fondateur de Huawei Ren Zhengfei est revenu dans une interview accordée à BBC sur le climat de défiance à l’encontre de la marque, en particulier aux Etats-Unis. Une intervention qui a lieu après l’arrestation au Canada de sa fille Sabrina Meng Wanzhou directeur financier de l’entreprise. Le père et la fille sont visés par de multiples accusations dont blanchiment d’argent et vol de secrets industriels.

Ren Zhengfei, fondateur de Huawei
Ren Zhengfei, fondateur de Huawei / YouTube

Ren Zhengfei, le fondateur de Huawei vient d’accorder une interview à BBC. Un entretient dans lequel il revient sur le climat de défiance à l’encontre de la firme, mais aussi l’arrestation de sa fille Sabrina Meng Wanzhou au Canada sur demande des Etats-Unis le 6 décembre 2018. Selon les autorités américaines, Huawei serait impliqué dans « un complot visant à escroquer de multiples institutions financières ». Le département de la justice retient contre le père et la fille plusieurs chefs d’inculpation dont le blanchiment d’argent et le vol de secrets industriels.

Lire aussi : Huawei est accusé d’avoir volé des technologies d’Apple

Les Etats-Unis n’ont aucune chance d’écraser Huawei selon son fondateur

Les Etats-Unis demandent depuis l’extradition de Sabrina Meng Wanzhou pour qu’elle soit jugée. Son père qui est par ailleurs la cible de sanction regrette les actions des Etats-Unis à l’encontre de cadres de Huawei : « d’abord, je conteste ce que les Etats-Unis ont fait. Ce genre d’actes aux motivations politiques ne sont pas acceptables. Les Etats-Unis aiment émettre des sanctions, dès qu’il y a un problème, ils utiliseront ce genre de méthodes combattives. Nous le refusons. Mais puisque nous avons pris ce chemin, nous laisseront la justice trancher ».

Lire également : Huawei accusé de vol de technologies après une opération d’infiltration du FBI

Et d’enfoncer le clou : « les Etats-Unis n’ont aucune chance de nous écraser ». Au delà des Etats-Unis « le monde ne peut pas [se passer de Huawei] car nous sommes plus avancés ». Il ne nie pas que les sanctions affecteront les performances de l’entreprise mais « quand bien même [les Etats-Unis réussissent à] persuader plus de pays de ne pas nous utiliser temporairement, nous pouvons toujours diminuer légèrement l’étendue de nos opérations ». 

Plein cap sur le Royaume-Uni

Il ajoute : « si les lumières s’éteignent à l’Ouest, l’Est continuera de briller. Et si le Nord s’assombrit, il y a toujours le Sud. L’Amérique ne représente pas le monde. L’Amérique n’est qu’une partie du monde ». Dans la même interview, il répète que la Chine « a clairement dit qu’elle n’installerait pas de backdoors » dans des équipements et souligné que Huawei « ne prendra jamais part à des activités d’espionnage ». Néanmoins la situation en Amérique du Nord pousse la firme à changer radicalement sa stratégie d’investissements.

Sur le même sujet : Huawei – ses technologies 5G ne représentent pas une grande menace selon le renseignement britannique

Huawei va ainsi rediriger ses investissements nords-américains… vers le Royaume-Uni, embourbé dans le lourd et complexe feuilleton du Brexit. « Nous faisons toujours confiance au Royaume-Uni et nous espérons que le Royaume-Uni nous fera confiance encore davantage. Nous investirons encore plus au Royaume-Uni. Parce que si les Etats-Unis ne nous font pas confiance, nous redirigerons notre investissements des USA vers le Royaume-Uni à une échelle encore plus grande ». 

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei est prêt à remplacer Android et Windows dès 2019

Malgré les pressions venant de toutes parts, Huawei continue d’afficher sa détermination à sortir de son isolement. Richard Yu, le responsable de la division mobile du groupe chinois à confirmé que ses alternatives à Android et Windows pourraient être lancées…

Affaire Huawei : pourquoi ARM a cédé face à la Maison Blanche ?

L’affaire Huawei a pris un nouveau tournant avec la défection d’ARM – l’entreprise conçoit l’architecture et les coeurs qui sont utilisés par l’ensemble des fondeurs du marché, dont HiSilicon (filiale de Huawei), MediaTek, Apple, Qualcomm ou encore Samsung. Or ARM…

Huawei : TSMC n’abandonne pas la firme chinoise

Huawei a enfin droit à une bonne nouvelle. Le fondeur TSMC a en effet décidé de ne pas abandonner le constructeur chinois. Contrairement à Panasonic, ARM ou Toshiba, l’entreprise taïwanaise continuera de fournir des composants à Huawei malgré le décret…

Huawei : Panasonic refuse aussi de fournir le constructeur

Huawei essuie un nouveau revers. Panasonic, le géant japonais de l’électronique, refuse maintenant de fournir ses composants au constructeur chinois. Apparement, certains produits élaborés par la firme reposent sur des technologies américaines. Comme ARM avant lui, Panasonic est donc contraint de plier…

Huawei : des opérateurs refusent de vendre ses smartphones 5G

Huawei continue d’encaisser les répercussions du décret de Donald Trump. Lâché par ses fournisseurs et banni d’Android, le constructeur chinois doit maintenant faire face à l’abandon de certains opérateurs britanniques, japonais et taïwanais. Une poignée de télécoms refusent en effet…

Huawei demande à l’Europe de l’aider contre les États-Unis

Huawei se cherche des alliés dans la guerre qu’il est en train de mener face aux États-Unis. Le groupe chinois tente de convaincre l’Union Européenne de l’aider, arguant notamment que les Américains n’hésiteront pas à s’en prendre à d’autres entreprises…