Huawei : les États-Unis demandent à ses alliés de bannir la marque

Les États-Unis continuent de s’en prendre à Huawei. Le gouvernement américain tente de convaincre ses pays alliés et leurs opérateurs d’abandonner toute collaboration et de ne pas investir dans de l’équipement du constructeur chinois. L’Australie a déjà banni Huawei des négociations en ce qui concerne le réseau 5G.

les etats unis demandent aux pays allies de bannir huawei

Le gouvernement des États-Unis fait le forcing auprès des administrations et des fournisseurs d’accès à internet de ses pays alliés pour que ceux-ci ne s’approvisionnent pas avec des équipements de Huawei, le géant chinois des télécoms, rapporte le Wall Street Journal. Le groupe est notamment accusé par les Américains de servir les intérêts des autorités chinoises et de mettre à leur disposition certains outils servant à l’espionnage.

Huawei banni aux États-Unis, et bientôt dans d’autres pays ?

D’après le rapport, les États-Unis ont notamment prévenu les pays dans lesquels Huawei est déjà bien implanté, avec une insistance encore plus prononcée pour les États dans lesquels ils ont au moins une base militaire. Une aide pourrait même être apportée aux pays qui boutent le constructeur hors de leurs frontières. Et ils ont déjà été entendus : Huawei et ZTE sont exclus du marché 5G en Australie pour leurs liens supposés avec le gouvernement chinois.

En juin 2018, Challenges révélait que la France soupçonne aussi Huawei d’espionnage et le surveille de près. Mais sans que ça n’aille plus loin pour l’instant. En plus des avertissements américains, plusieurs pratiques inquiéteraient les renseignements français. Des conseillers ministériels auraient reçu des téléphones Huawei en cadeau, par exemple. En attendant, il semble que le groupe chinois soit bien parti pour devenir un acteur très important de la 5G dans l’hexagone et dans d’autres pays européens. Huawei a installé la première antenne 5G d’Europe en Allemagne et collabore étroitement sur cette technologie avec des opérateurs comme SFR, que ce soit en termes d’infrastructure réseau ou de boîtiers.

Lire aussi : Huawei pense que les Etats-Unis ont surtout peur du « futur numéro 1 mondial »

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers  !