Huawei demande à l’Europe de l’aider contre les États-Unis

 

Huawei se cherche des alliés dans la guerre qu'il est en train de mener face aux États-Unis. Le groupe chinois tente de convaincre l'Union Européenne de l'aider, arguant notamment que les Américains n'hésiteront pas à s'en prendre à d'autres entreprises par la suite si celles-ci menacent leur économie.

huawei europe
Crédit : GrandCelinien / Wikimedia

Huawei est exclu du marché américain et malgré son surcis de 90 jours obtenu, pendant lequel il va continuer de négocier avec les États-Unis tout en se préparant au pire, le groupe chinois reste en bien mauvaise posture. L'un des principaux objectifs du géant des télécoms et de la téléphonie est désormais de convaincre de puissants acteurs de rallier sa cause, à commencer par l'Union Européenne.

Huawei demande le soutien de l'UE

Abraham Liu, représentant de Huawei en Europe, a demandé une réaction aux autorités européennes, dénonçant une “attaque contre l’ordre libéral fondé sur des règles”, relaie l'AFP. “Maintenant, cela arrive à Huawei. Demain, cela peut arriver à n’importe quelle autre compagnie internationale”, fait savoir le cadre, qui souligne le fait que si les États-Unis se sentent menacés par une grande entreprise européenne, ils pourraient tenter de la saboter comme ils sont en train de le faire pour Huawei. Donald Trump a d'ailleurs à moitié admis que sa guerre commerciale contre la Chine était la raison de ces attaques contre Huawei, plus qu'un problème de sécurité.

Lire aussi : Huawei a déjà créé une alternative au Google Play Store

“Pouvons-nous fermer les yeux sur un tel comportement ? Si nous fermons nos yeux, quelles seront les conséquences probables d’une telle complaisance ?”, ajoute Abraham Liu. Ce dernier a d'ailleurs rappelé que Huawei est disposé à signer des accords de non-espionnage avec les pays européens et de tout faire pour les rassurer quant aux risques potentiels. Au salon Vivatech 2019, Emmanuel Macron disait n'avoir pas l'intention de bannir Huawei du marché de la 5G en France. Mais de là à défendre bec et ongles la société chinoise auprès des États-Unis, nous n'en sommes pas encore là.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !