Huawei défie les Etats-Unis et l’Occident : On vous espionne ? Prouvez-le !

Huawei a une nouvelle fois réagi aux accusations d’espionnage dont il est la cible, cette fois par l’intermédiaire de son président Ken Hu. Celui-ci défie les États-Unis et l’Occident de présenter des preuves sur ce qu’ils avancent. Et prévient que la mise à l’écart de Huawei engendrerait une hausse des prix et un ralentissement de l’innovation sur la 5G.

ken hu huawei

Huawei contre-attaque. Son président Ken Hu s’est exprimé lors d’une conférence de presse tenue au siège social du groupe, à Shenzhen. Il est monté au créneau en assurant que sa société ne représentait aucun danger pour les États, exigeant de l’Occident et plus particulièrement des États-Unis des preuves des accusations d’espionnage et de risques liés à la sécurité dont Huawei est la cible.

Huawei menacé en Europe

Pour rappel, les États-Unis demandent à leurs alliés de bannir Huawei de leurs infrastructures 5G. La raison avancée : les liens supposés entre le géant des télécoms et de la téléphonie avec le gouvernement chinois. Mais sous fond de guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, la vérité sur les ambitions est difficile à décerner. En Europe, la France, la Belgique et l’Allemagne ont ouvert des enquêtes contre Huawei. Sous l’impulsion du MI6, le Royaume-Uni pourrait aussi prendre des mesures. L’Australie a déjà banni Huawei de son territoire, tout comme la Nouvelle-Zélande.

Au-delà des autorités de chaque pays, il convient également aux FAI de prendre des décisions. Orange n’utilisera pas d’équipement Huawei pour déployer la 5G en France, a indiqué son PDG Stéphane Richard. De leur côté, SFR et Bouygues Telecom ont tous deux déjà effectué des tests avec le groupe chinois, qui semble être un partenaire privilégié des opérateurs.

Ken Hu a indiqué que Huawei ne comptait pas se laisser abattre et qu’il faudra compter sur eux pour le futur. Il prévient au passage que la mise au ban du groupe de réseaux mobiles de cinquième génération irait directement impacter les consommateurs avec une hausse des prix et un ralentissement de l’innovation.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei : Donald Trump accepte de lever une partie des sanctions

Donald Trump a finalement accepté de lever une partie des sanctions à l’encontre de Huawei. En marge d’un nouveau sommet entre Washington et Pékin, le président américain a décidé d’accorder des licences de vente à certaines sociétés américaines. Dans ces conditions, le…

Huawei promet que la 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G

Huawei assure que le futur réseau 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G, dont le déploiement en est encore à ses balbutiements. Lors d’une interview, Richard Yu, PDG de la division mobile de la firme, a pour la première fois…

Huawei et Qualcomm peuvent de nouveau faire affaire malgré les sanctions

Huawei peut de nouveau s’approvisionner chez Qualcomm malgré les sanctions : le fondeur américain vient en effet d’obtenir une licence du gouvernement américain et compte bien sécuriser un contrat d’approvisionnement pluriannuel. Néanmoins des limites restent en place sur ce que…