Huawei anticipe une croissance inférieure à 20% en 2019 à cause de la guerre commerciale

Maj. le 20 mai 2019 à 19 h 43 min

Huawei anticipe une croissance inférieure à 20% en 2019 à cause de la guerre commerciale, à en croire son fondateur et PDG Red Zhengfei qui s’exprimait sur le sujet samedi 18 mai 2019. Les Etats-Unis ont en effet adopté une série de mesures pour barrer l’accès de Huawei au marché américain. Lundi, on apprenait que Huawei perdait sa licence Android, et l’accès à des fournisseurs de composants dans le pays. La firme avertit néanmoins qu’elle n’accepterait pas de se retrouver dans la même situation que ZTE – en acceptant un accord potentiellement très contraignant et coûteux pour lever les sanctions. 

huawei headquarters
Crédit : @opengridscheduler via Flickr

Huawei est dans une mauvaise passe : la firme est depuis des mois la cible des attaques de l’administration américaine qui lui reproche ses liens avec le gouvernement chinois et des faits d’espionnage industriel. La Maison Blanche vient de signer en fin de semaine dernière un décret, qui, au nom de « l’urgence nationale », permet d’exclure certaines entreprises étrangères du marché et des entreprises américaines. Huawei vient ainsi de perdre sa licence Android ce lundi, et vraisemblablement l’accès aux plus grands fabricants de puces tels que Qualcomm, Broadcom et Intel – entre autres entreprises du pays. Huawei pourrait même perdre l’accès à certains fournisseurs européens comme ST Microelectronics, qui ont une filiale aux Etats-Unis. Or ces conséquences étaient anticipées depuis longtemps, à en croire le fondateur et PDG de Huawei Red Zhengfei, qui s’exprimait devant des médias japonais, notamment le quotidien économique Nikkei, samedi 18 mai.

Huawei table désormais sur une croissance inférieure à 20%

Ce dernier a notamment reconnu que ces mesures impacteront la croissance de Huawei cette année. Red Zhengfei ajoute que cela pourrait aboutir à une croissance « inférieure à 20% » en 2019. Et de marteler face aux journalistes :« nous n’avons [pourtant] rien fait qui viole la loi ». Pour balayer les craintes autour de la fin brutale d’accès aux puces américaines, Huawei a souligné son expertise : la firme possède le fondeur HiSilicon qui fabrique les SoC Kirin et les modem 5G Balong 5000. Le responsable de HiSilicon, Teresa He Tingbo, explique d’ailleurs : « nous nous sommes préparés à ce jour depuis plusieurs années, et nous avons un plan B. L’année dernière, Huawei a dépensé autour de 11 millions de dollars en pièces américaines et composants issus d’entreprises telles que Qualcomm, Intel et Micron Technologies ».

Huawei en profite pour critiquer l’attitude des Etats-Unis. Et de prendre pour exemple ZTE, pour dire, en creux, ce que Huawei n’acceptera jamais : « nous ne changeront pas de management sur demande des Etats-Unis, ou accepterons de surveillance, comme l’a fait ZTE« . Et le fondateur de Huawi d’enfoncer le clou : « ces politiques qui menacent des partenaires commerciaux les uns après les autres sapent les efforts des entreprises qui prennent des risques, et les Etats-Unis y perdront en crédibilité. Paradoxalement, je dirais que c’est tout l’environnement qui y gagnera ». Avant d’être visé par des mesures de la Maison Blanche, ZTE était l’un des principaux vendeurs de smartphones aux Etats-Unis. Mais la firme a commencé à se placer dans le viseur des autorités après avoir vendu des biens et services à la Corée du Nord et l’Iran, en infraction des sanctions américaines.

ZTE qui dépendait alors davantage de ses fournisseurs américains que ne l’est Huawei, avait été forcé de conclure un accord avec l’administration. Cela s’était conclu par le paiement d’une lourde amende de 1,4 milliards de dollars, ainsi que des changements forcés dans l’organigramme et la mise sous surveillance de l’entreprise.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Samsung Electronics : le bénéfice opérationnel plonge de 56% au 3e trimestre

Samsung Electronics anticipe un plongeon de 56% de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre 2019. Un résultat dû principalement à des difficultés dans un marché du semi-conducteur baissier depuis le début de l’année. La sortie du tunnel serait néanmoins proche.  Samsung Electronics enchaine…

Facebook Libra : PayPal lâche déjà l’affaire

La rumeur lancée par le Wall Street Journal se confirme. PayPal a annoncé vendredi qu’il quitte la Libra Association qui regroupe les membres fondateurs de la cryptomonnaie que Facebook souhaite lancer l’année prochaine. Le retrait de PayPal constitue un nouveau…

Free pourrait lancer FreeBank, une banque mobile à la Orange Bank

Free aurait l’intention de lancer une banque mobile concurrente d’Orange Bank. Ce 13 septembre 2019, Iliad, maison mère de l’opérateur de Xavier Niel, a en effet obtenu un numéro d’identifiant permettant d’exercer une activité bancaire. Tout porte à croire que l’arrivée d’une « FreeBank » sur le marché soit imminent.  Iliad…