Guerre des brevets : les poids lourds de l’industrie soutiennent Samsung contre Apple

Maj. le 18 avril 2016 à 14 h 19 min

Cette guerre des brevets fait rage depuis bientôt 5 ans. Initiée en 2011 par Apple, elle a eut pour but de barrer la route à Samsung, sous couvert que le sud-coréen aurait copié des brevets déposés par la firme de Cupertino. Aux dernières nouvelles, Samsung vient de trouver des alliés de poids issus de la Silicon Valley.

Guerre Brevets Apple Samsung

C’est un énième rebondissement dans cette guerre des brevets. L’histoire démarrée sur fond de copiage de technologies « Tap-and-Zoom » par exemple avait abouti l’année dernière à l’établissement d’une amende conséquente de 930 millions de dollars en faveur d’Apple. Cependant, il y a quelques semaines, en mai plus précisément, le montant de l’amende indue à Samsung  était soudainement revue à la baisse.

Allégée de près de 400 millions de dollars, cette révision a été fait par le rejet de la Cour à tenir compte des accusations d’Apple au sujet du design des smartphones Samsung, copiage que la firme nie bien évidemment en bloc. Avec cette importante baisse, tout laissait croire à une accalmie dans cette joute de longue haleine.

Une aide de taille, inespérée

Le revirement de la situation, nous le devons à Inside Sources. Le site est parvenu à mettre la main sur un document signé par quelques pontes de l’industrie comme Google, HP, Facebook, eBay,…Daté du 1er juillet, le document répond au nom latin d’Amicus Curiae. Dans le droit anglo-saxon, il s’agit d’une déclaration de bonne volonté visant à faciliter la Cour d’appel Fédérale des États-Unis dans sa prise de décision.

Dans ce document, les entreprises mettent en garde quant au fait que si la condamnation au sujet du design, est faite en faveur d’Apple, cela pourrait provoquer un véritable raz-de-marée dans l’industrie du mobile en l’étouffant et empêchant son développement.

Guerre Brevets Apple Samsung phones

Reverser les bénéfices engendrés par les Galaxy reviendrait à modifier considérablement les comportements ainsi que les engagements au niveau des pôles Recherche & Développement. Pour les citer :

Cela conduirait à une situation ubuesque qui aurait des impacts néfastes sur les entreprises car celles-ci déboursent chaque année des milliards de dollars en Recherche & Développement. pour la découverte de nouvelles technologies toujours plus complexes et performantes.

Et d’ajouter :

Si l’on suit leur raisonnement, le fabricant d’une télévision intégrant un composant inspiré d’un design déposé devrait être amené à payer des dommages s’élevant à la totalité du stock de télévisions écoulées et ce, même si ce composant n’a joué qu’une infime part dans le profit généré pour le constructeur ou l’utilisateur.

Pour résumer les propos, ils expliquent que des barrières telles que l’argent et l’exclusivité de ces brevets finiront par contenir la création et entravera le développement et l’innovation. Un simple composant peut ainsi représenter l’intégralité d’un stock de produits finis.

Apple aurait demandé le retrait de Google en tant que signataire de l’Amicus Curiae étant donné que celui-ci fournit sa plateforme Android sur les smartphones et tablettes Samsung. Les prochaines heures nous révéleront si l’aide des autres géants de la Silicon Valley aura suffit à faire le poids face à Apple.

via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !