Google, opérateur mobile : pourquoi ça ne marchera pas en France

La semaine dernière, nous vous annoncions que Google se lançait sur le marché des opérateurs mobiles. La firme de Mountain View sera un nouveau MVNO aux Etats-Unis en utilisant les infrastructures de Sprint et T-Mobile pour proposer le meilleur réseau.

Pour le moment, le géant du high-tech n’a pas mentionné la possibilité d’offrir ce service à l’international. Toutefois, rien n’est impossible. Mais en France, le marché des opérateurs mobiles est sans doute l’un des meilleurs, sinon le meilleur au monde pour les utilisateurs.

L’arrivée de Free a permis de considérablement alléger nos factures et de proposer, quoiqu’on en dise, des services de qualité. Google est certes une entreprise qui a un savoir-faire hors du commun. Néanmoins, nous pensons que l’arrivée du géant sur le marché des opérateurs mobiles en France serait un échec pour la firme. Voici pourquoi.

google operateur marchera pas france

L’offre existante en France est déjà unique au monde

Google a décidé de se lancer sur le marché des opérateurs mobiles aux Etats-unis. La marque s’appuiera sur les réseaux de Sprint et T-Mobile pour offrir la meilleure couverture grâce à un système de switch dynamique (le réseau bascule d’un opérateur à l’autre pour offrir le meilleur réseau). Une idée vraiment pertinente surtout si la firme propose des tarifs attractifs.

Car aux Etats-Unis, les tarifs de la téléphonie mobile sont loin d’être les mêmes que les nôtres. Certes, le réseau 4G est bien plus étendu et les opérateurs ont été beaucoup plus vite pour le démocratiser. Ainsi Verizon par exemple couvre presque 100% de la population. Mis à part dans les Rocheuses ou au fin fond de l’Alaska, toute le monde est couvert Outre-Atlantique.

Oui mais voilà, cette couverture a un prix. Et le tarif moyen d’un forfait aux Etats-Unis est bien loin de ceux que nous connaissons en France. On atteint facilement les 100 dollars par mois pour profiter de forfaits équivalents à nos forfaits à 20 euros par mois.

Ainsi, aux Etats-Unis, Google a une marge de manoeuvre qu’il n’aurait pas en France. D’abord sur l’engagement. Pour le moment, aux Etats-Unis les forfaits sans engagement n’existent pas ou peu. Soit on paye un forfait avec un engagement de 12 ou 24 mois (avec frais d’ouverture de lignes avoisinant les 50 dollars, et dépôt de garantie de 150 à 400 dollars environ) soit on opte pour des formules prépayées qui coûtent un bras.

google forfait us chers france
Prix des forfaits aux Etats-Unis. L’écart par rapport à la France est considérable

Google dispose ainsi de nombreux leviers sur le marché américain. Il peut baisser les prix des abonnements, retirer les frais d’ouverture et les dépôts de garantie par exemple. Chose qu’il ne peut absolument pas faire en France. Ici, les forfaits sont déjà très abordables, les engagements ne sont pas obligatoires et il n’y a aucun frais d’ouverture de ligne. La France dispose en fait déjà des meilleures offres au monde.

Free a déjà mis un grand coup de pied dans la fourmilière, et a, en quelque sorte, coupé l’herbe sous le pied à Google. Quelques années plus tôt, la firme de Mountain View aurait eu une carte à jouer, mais aujourd’hui, on en doute.

Les opérateurs français ne joueront pas le jeu

L’autre frein majeur à l’arrivée de Google sur le marché des opérateurs français est bien évidemment les autres opérateurs. Car Google ne déploie pas son propre réseau, il loue les lignes à d’autres opérateurs. C’est un MVNO comme Virgin Mobile ou NRJ Mobile.

Ainsi, si Google veut prendre une place dans l’Hexagone il devra louer les infrastructures à un opérateur existant. Et ces derniers ne semblent pas être dans cette dynamique, bien au contraire.

Actuellement, le débat fait rage au sujet du passage à trois opérateurs. Le PDG d’Orange l’a rappelé en début d’année, l’avenir des télécoms est lié à un retour à trois opérateurs. Et même si Xavier Niel, PDG de Free n’est pas d’accord sur ce point avec Stéphane Richard, c’est plutôt l’idée d’une collaboration avec Google qui le dérangerait.

free revolution avant google mobile
Xavier Niel a déjà révolutionné le marché du mobile en France, Google arriverait trop tard.

L’idée de faire rentrer le loup dans la bergerie ne séduit pas le quatrième opérateur français qui a déjà manifesté un refus catégorique de l’arrivée d’Android TV dans ses Freebox. Quant à SFR, son réseau 4G n’est pas encore assez performant pour séduire Google.

Le seul opérateur qui pourrait encore se laisser tenter est Bouygues Telecom. Il dispose d’un réseau étendu, d’une qualité à saluer, qui pourrait intéresser Google. Le problème, c’est que Bouygues Telecom n’a peut-être aucun intérêt à s’allier avec le géant du high-tech.

Cela signifierait l’arrivée d’un autre concurrent de taille qui pourrait lui porter davantage préjudice qu’autre chose. Et encore on ne mentionne même pas l’avis de l’ARCEP dans tout ça, qui pourrait clairement s’opposer à l’arrivée de Google.

Le problème de la collecte des données

Qui dit Google dit collecte des données. Le modèle économique du géant du web est bien connu de tous : des services gratuits mais une exploitation des données à des fins commerciales.

Android équipe déjà une grande partie de la population et voir arriver un opérateur Google en France poserait encore une fois la question des données privées. La boucle serait bouclée en quelque sorte. Google serait partout, sur nos PC, smartphones, tablettes et jusqu’à notre réseau mobile.

google operateur mobile

Et en France plus qu’ailleurs les données privées ont une importance considérable. En tout cas dans le discours, dans l’état d’esprit. Beaucoup de français estiment que le respect de la vie privée est primordial dans l’utilisation des nouvelles technologies. Ils se sentent de plus en plus envahis sur les réseaux sociaux, sur tous leurs appareils et ne sont peut-être pas prêts à donner un accès supplémentaire à l’entreprise experte en la matière.

Voilà pourquoi nous pensons que Google ne pourra pas s’imposer en France comme un opérateur mobile, pourquoi cette idée fonctionnera probablement aux Etats-Unis à condition de choisir les bons leviers (comme l’a fait Free en France). Néanmoins, ce sont nos arguments et vous pouvez très bien ne pas être d’accord.

N’hésitez pas à nous le faire savoir et à nous expliquer pourquoi vous pensez que Google pourrait connaître un succès considérable en France. Ou tout simplement pourquoi vous vous laisseriez séduire.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Pourquoi Google va ressembler de plus en plus à Apple

Le lancement du Pixel 3 en France et dans davantage de pays à travers le monde est l’aboutissement d’un retour en force de Google dans le hardware. La firme est longtemps restée en retrait sur ce point préférant développer des services et…

Google+, Glass, Ara, Hangouts… 7 échecs cuisants que Google aimerait faire oublier

Google a connu un certain nombre d’échecs durant sa carrière voici une liste des plus gros bides qu’a connu l’entreprise ces dernières années. Cela concerne aussi bien ses produits et ses services liés au web que ses diverses incursions dans le domaine du hardware. La firme a connu un grand nombre de revers c’est le moment de faire un point.

eSIM : qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?

L’eSIM est programmée pour supplanter les cartes SIM. Mais de quoi s’agit-il véritablement, et pourquoi c’est un enjeu important ? Dans ce dossier, nous vous expliquons précisément ce qu’est l’eSIM et pourquoi constructeurs, opérateurs, et clients ont intérêt à adopter…