Google : les Etats-Unis exigent l’abandon du projet de moteur de recherche censuré pour la Chine

Google s’est fait tapé sur les doigts par le gouvernement des États-Unis. Son vice-président Mike Pence  a exigé dans un discours que Google abandonne le développement du projet Dragonfly, un moteur de recherche censuré à destination de la Chine. 

maison blanche google

Google est prêt à se censurer pour revenir en Chine et de nouveau pouvoir proposer un moteur de recherche aux utilisateurs de ce pays, mais le gouvernement américain s’y oppose. Dans un discours sur la politique menée par l’administration des États-Unis envers la Chine, le vice-président américain Mike Pence s’est adressé à la firme de Mountain View, lui exhortant d’abandonner ses projets chinois.

Google : les États-Unis demandent l’arrêt du développement de Dragonfly, le moteur de recherche censuré pour la Chine

« Google doit immédiatement cesser le développement de cette application Dragonfly, qui renforcera la censure du Parti communiste et compromettra la vie privée des clients chinois », a-t-il déclaré. Dragonfly est le nom de code du supposé moteur de recherche que Google prépare pour revenir sur le marché chinois, duquel il avait été exclu en 2010 par les autorités chinoises pour manquements aux lois nationales sur le renseignement et le numérique. Mais Google, une des marques les plus puissantes au monde, veut revenir sur ce marché si important avec ses 1,4 milliard d’habitants.

Mike Pence critique au passage les visions court-termistes de certaines entreprises de tech, jugeant qu’il n’est même pas bon pour elles d’investir en Chine pour le long-terme. « De plus en plus de dirigeants d’entreprises pensent au-delà du prochain trimestre et y réfléchissent plutôt deux fois qu’une avant de se lancer sur le marché chinois s’ils doivent pour cela faire une croix sur leurs propriétés intellectuelles ou encourager l’oppression de Beijing. Mais plus doivent suivre cet exemple », estime-t-il, alors que les États-Unis et la Chine se livrent une guerre commerciale et diplomatique.

Après la révélation du projet Dragonfly, de nombreux employés de Google s’étaient déjà rebellés contre la politique de leur propre entreprise. Une pétition signée par 1400 collaborateurs de la firme de Mountain View exige des explications de la part des dirigeants et plus de transparence à ce sujet. La mobilisation des employés avait déjà mené Google à abandonner sa collaboration avec l’armée américaine pour créer des drones de guerre.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !