Google développe un bracelet à puce pour diagnostiquer le cancer

 

Au mois d'octobre, nous vous rapportions que Google X Labs travaillait sur une pilule contenant des nanoparticules et permettant de détecter la présence de cellules cancéreuses dans le corps humain avant d'envoyer l'information vers un bracelet connecté. Aujourd'hui, voilà qu'on apprend que le géant a actuellement recours à de la peau synthétique pour développer cette technologie.

Google X Labs cancer
Les nanoparticules au service de la prévention du cancer.

Lorsque Google a annoncé son projet, à l'automne dernier, c'était dans les grandes lignes. Ainsi, on ne savait pas encore comment fonctionnerait cette technologie. Aujourd'hui, voilà que The Atlantic vient de publier une nouvelle vidéo sur YouTube dans laquelle les chercheurs de Google Labs nous expliquent comment ils vont procéder.

Les nanoparticules présentes dans le sang vont transmettre au bracelet des signaux de lumière, à travers les veines superficielles situées sur le dessous du poignet. Bien évidemment, cela signifie qu'il faudra tenir compte de tous les types de peau.

C'est justement dans cet optique que Google X Labs a entrepris de fabriquer de faux bras, à l'aide de peau synthétique. Comme on peut l'entendre dans la vidéo, ces membre synthétiques auront «la même autofluoresecence et les mêmes composants biochimiques que de vrais bras ».

Comme nous l'explique Andrew Conrad, responsable de la branche Life Sciences de Google X Labs, pour répondre aux éventuelles objections quant à la présence de nanoparticules dans le corps, cette technologie pourra nous sauver la vie. Voici ce qu'il déclare :

C'est plus étrange d'avoir dans le corps des cellules cancéreuses qui essayent constamment de vous tuer.

Une technologie qui en est encore à ses balbutiements et dont le premier prototype ne devrait pas voir le jour avant plusieurs années mais qui pourrait avoir des effets bénéfiques sur la prévention du cancer. Dans un tout autre genre mais dans une optique similaire, Samsung dévoilait, la semaine dernière, un casque connecté pour prévenir les risques d'AVC.

Via



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Sites pirates
LiquidVPN : une plainte accuse le VPN d’encourager le piratage

LiquidVPN, un service de VPN basé aux Etats-Unis, est dans le viseur de plusieurs sociétés de production. Les ayant droit accusent le service d’avoir sciemment encouragé ses utilisateurs à télécharger illégalement des séries et des films sur des sites pirates….

minecraft appareil photo
Un petit génie transforme son appareil photo pour jouer à Minecraft

On sait désormais qu’il est possible de jouer à Minecraft sur un appareil photo. Plus précisément, ce dernier peut héberger un serveur, sur lequel on peut ensuite se connecter à partir d’un PC. Le programmeur turtius explique comment il s’y…

microsoft teams mode presentateur
Microsoft Teams vous permet de jouer les journalistes TV pendant vos réunions

Microsoft va apporter prochainement plusieurs modifications à Teams, son service de visioconférence. En premier lieu, le mode Présentateur permettra à l’utilisateur de changer l’emplacement du contenu. En outre, Microsoft va améliorer l’intégration de PowerPoint dans Teams grâce au mode PowerPoint…

smartphone sommeil
Pourquoi les smartphones sont une catastrophe pour le sommeil

Il y a bel et bien un lien entre le manque de sommeil et l’utilisation de smartphones. Dans une étude publiée dans Frontiers in Psychiatry, des chercheurs ont même découvert que l’addiction à ces derniers joue un rôle prédominant dans…

windows xp fond ecran
Windows XP : la colline verdoyante qui sert de fond d’écran existe vraiment

Le fond d’écran le plus célèbre est sans doute celui de Windows XP, une histoire relativement insolite se cache derrière cette image représentant une colline verdoyante qui a fait la richesse de son photographe. En effet, Microsoft a mis le paquet pour mettre la main sur les droits d’auteur et pouvoir le proposer au sein de son système d’exploitation.