Free vs YouTube : l’enquête de l’ARCEP avance aussi lentement que le chargement des vidéos

Maj. le 28 mars 2018 à 11 h 51 min

Le dossier Free et YouTube ne semble pas près de se régler ! Alors que les abonnées Freebox ne supportent plus la lenteur des différents services Google et particulière sur la plate-forme vidéo du géant de Mountain View, l’UFC Que Choisir constate que rien n’arrive à l’horizon pour régler ce problème qui dure depuis trop longtemps.

L’enquête autour de Free et YouTube est assurée par l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) au sujet de la lenteur des services de Google chez l’opérateur français. Alain Bazot, le président de l’association de consommateurs UFC Que Chosir a décidé de saisir de nouveau l’autorité de régulation pour faire avancer l’affaire qui avait débuté en novembre dernier.

Free vs YouTube : l'enquête de l'ARCEP avance aussi lentement que le chargement des vidéos

Les problèmes de Free avec YouTube ne sont pas près d’être réglés

« 83 % des abonnés de Free ayant été nombreux à répondre à notre sondage confirment qu’ils sont dans l’incapacité d’utiliser correctement YouTube », avait alors souligné l’UFC Que Choisir. Son président remet aujourd’hui une couche à tout ça en affirmant avoir « saisit le président de l’Autorité de cette question afin de connaître l’état d’avancement des travaux sur cette question ». Il insiste également sur le fait que l’Autorité devait décider des suites à donner début 2013. Mais le printemps est déjà bien entamé, et je ne vois toujours rien venir ! »

Xavier Niel a déjà eu l’occasion de s’exprimer à ce sujet en affirmant que son entreprise ne bridait pas les débits, mais qu’il n’augmenterait pas non plus les capacités des « tuyaux » simplement parce que certains services sont plus utilisés que d’autres, comme c’est le cas avec YouTube et Free, et plus généralement les services Google.

Dans une interview accordée à 01Net, Xavier Niel affirmait ne pas se laisser faire et qu’augmenter la taille des tuyaux pourrait faire grimper la facture de 5 à 15 euros par mois pour les freenautes, préférant « une petite crise des débits maintenant que des prix élevés demain ». En attendant, ce sont les freenautes qui en payent les conséquences. Si vous ne voulez pas forcément changer d’opérateur et que vous cherchez une solution temporaire avant la résolution du problème (d’ici 2067), rendez-vous ici ! Que rendez-vous de cette affaire qui paraît sans fin ?

via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !