Free refuse de jouer un rôle dans le retour à trois opérateurs

Free n’est pas à vendre et ne cherche à racheter l’un de ses concurrents. Thomas Reynaud, Directeur Général d’Iliad, a fait savoir qu’il ne se sentait pas particulièrement concerné par une consolidation d secteur des télécoms. Tout comme Orange. Pour voir un retour à trois opérateurs, ce sont donc SFR et Bouygues Telecom qui devront bouger. 

free rachat

Free n’est ni acheteur ni vendeur. Thomas Reynaud, Directeur Général d’Iliad, maison-mère de Free, a assuré au micro d’Europe 1 que Free ne sera pas « le déclencheur » d’une éventuelle consolidation du secteur des télécoms en France. Il se dit confiant dans l’avenir avec le lancement de la Freebox Delta et affirme que le FAI n’est « vraiment pas du tout focalisé sur cette question de la consolidation ». Il préfère garder un statut d’observateur sur la question. « On a vocation à rester indépendant, on a aujourd’hui un peu plus de 10.000 collaborateurs, on a des très beaux produits, on a encore de très nombreuses surprises, et cette Freebox Delta », estime-t-il.

Comme Orange, Free n’est ni acheteur, ni vendeur

Si pour Orange un retour à 3 opérateurs est inévitable en 2019, de son côté Free se dit être « dans un état d’esprit où le marché peut rester à quatre opérateurs ». Une des raisons principales résidant dans le fait que si tout le monde s’accorde à dire qu’il est dans leur intérêt de repasser à 3 acteurs majeurs, aucun ne semble vraiment prêt à vendre. Et ce ne sont pourtant pas les tentatives de rachat qui ont manqué.

« Il y a eu au cours des cinq dernières années, je crois, sept tentatives de consolidation », explique Thomas Reynaud. « Nos concurrents ont essayé de se racheter les uns les autres », affirme-t-il, sans qu’un accord n’ait jamais pu être conclu. Dernier cas connu en date, la tentative de rachat de SFR par Bouygues Telecom initiée au printemps 2018. Mais Patrick Drahi s’est montré gourmand alors que son opérateur, filiale du groupe d’Altice, retrouve des couleurs en 2018 avec d’excellents chiffres de recrutement.

Quand Orange évoquait un retour à trois opérateurs récemment, il adoptait la même position que Free, à savoir jouer le facilitateur d’un rachat entre d’autres acteurs, mais en ne se positionnant lui-même ni en acheteur ni en vendeur. Il semble donc bien que cela se joue entre SFR et Bouygues Telecom. Reste à savoir qui va avaler qui. Et si cette consolidation dont on entend de plus en plus parler va vraiment avoir lieu dès l’année prochaine.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !