Facebook : si vous ne voulez pas être espionnés par la NSA, supprimez vos comptes

Maj. le 21 décembre 2018 à 15 h 55 min

Depuis les révélations d’Edward Snowden, l’exploitation des données personnelles est au coeur des débats. Sous couvert des risques pouvant toucher la sécurité nationale aux Etats-Unis, la NSA a pendant des années récolté des informations sur les utilisateurs.

Pour récupérer ces données, la NSA aurait profité aussi de la collaboration des géants du high-tech comme Google, Apple ou encore Facebook. Aujourd’hui, l’Union Européenne a affirmé qu’à l’heure actuelle, le seul moyen pour les européens de ne pas être espionnés par les services secrets américains était de tout simplement supprimer les comptes liés à ces entreprises. En tête de liste, Facebook. Explications.

facebook nsa supprimer compte

Pour ceux qui ne le sauraient pas, l’Union Européenne et les Etats-Unis ont signé un accord visant à protéger les données personnelles des utilisateurs européens, le Safe Harbor Framework.

Le problème, c’est que dans une affaire devant la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE), la Commission européenne a admis que le Safe Harbor Framework ne protège pas suffisamment les données des citoyens de l’UE d’un potentiel d’espionnage américain. En gros, il y a un accord mais il ne sert à rien.

Autre problème : l’Union Européenne admet que la situation ne changera pas de si tôt selon un rapport dévoilé par l’EUobserver. Du coup, le seul conseil donné par l’UE aux utilisateurs est de tout simplement fermer leurs comptes et particulièrement leur compte Facebook.

Cette fermeture est conseillée jusqu’à ce que des datacenters soient installés en Europe. Ainsi, les politiques d’exploitation de données personnelles seraient régies par les lois européennes, les utilisateurs seraient protégés de l’espionnage de la NSA.

Vous pourriez envisager de fermer votre compte Facebook, si vous en avez un.

  • Lire également : La NSA ne veut pas des smartphones inviolables

L’avocat de la Commission Européenne, Bernhard Schima a donc déclaré au Procureur Général de la Cour de Justice de l’Union Européenne, Yves Bot, qu’il avait tout intérêt à supprimer son compte Facebook.

Une déclaration qui a certainement fait son petit effet. Néanmoins, pour le moment, rien ne change. Aux utilisateurs, la Commission Européenne dit « Fermez vos comptes Facebook ». Sauf si bien sûr, vous faire espionner par la NSA ne vous dérange absolument pas.

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Téléchargez GHIDRA et prenez vous pour un espion de la NSA

Le logiciel GHIDRA utilisé par la NSA pour repérer et contrer des programmes malveillants est désormais disponible gratuitement pour tous. Open-source, il peut même être amélioré par la communauté.  Comme promis, la National Security Agency (NSA) des États-Unis a rendu…

CMS : 90% des sites web piratés utilisent WordPress

90% des sites web piratés utilisant un CMS tournent sous WordPress d’après Sucuri, une entreprise spécialisée en sécurité web. Les sites e-commerce sont particulièrement prisés des hackers pour la simple raison qu’ils permettent d’accéder aux données bancaires des utilisateurs. Ce…

Windows : le nombre d’attaques phishing a explosé en 2018

Microsoft révèle dans son rapport Security Intelligence Report 2018 quelle cybermenaces ont visé l’écosystème Windows au cours de l’année passée. Le nombre d’attaques phishing a explosé de 150% tandis que le nombre de ransomware est en déclin. Globalement, le rapport relève…

Chrome : 85% des extensions se moquent de votre vie privée

Une étude Duo Labs autour des extensions Chrome révèle que 85% d’entre elles n’ont aucune politique en matière de vie privée – un document qui explique clairement comment vos données seront utilisées en cas de collecte. Pour en arriver à…

Attention, ce câble USB peut pirater n’importe quel ordinateur

Ce câble USB modifié permet à un attaquant de pirater n’importe quel ordinateur. Conçu par un chercheur en cybersécurité, cet accessoire peut réagir à des commandes à distance transmises par un pirate. Bientôt produit en masse, il est destiné à mettre en garde le grand public…