Facebook veut maintenant exploiter les données bancaires de ses utilisateurs

Maj. le 23 octobre 2018 à 20 h 53 min

Facebook a approché de grandes banques afin de pouvoir dans un avenir plus ou moins proche exploiter les données bancaires de leurs utilisateurs. Pour le moment seules des banques américaines ont été contactées par le réseau social. Le but : proposer de nouveaux services sur Messenger.

facebook donnees bancaires

Alors qu’il vient d’annoncer des résultats financiers catastrophiques, Facebook cherche par tous les moyens à se refaire une santé. Le réseau social étudie plusieurs pistes pour retenir les utilisateurs. Il développe par exemple une plateforme de rencontre directement intégrée à l’application Facebook et au site web. Elle devrait débarquer d’ici la fin de l’année 2018.

L’autre piste risque de créer une nouvelle controverse : Facebook souhaite exploiter les données bancaires de ses utilisateurs révèle le Wall Street Journal. Selon un porte-parole de la banque Citi (Citygroup), la firme de Menlo Park est régulièrement en contact avec de grandes banques américaines pour créer des partenariats.

Plus précisément, Facebook a discuté avec Chase (banque de détail de JPMorgan), Wells Fargo, U.S Bancorp et Citi (Citigroup). La première aurait mis fin aux négociations explique une source proche du dossier à l’AFP.

Facebook veut connaître les soldes de vos comptes et vos historiques d’achats

Comme plusieurs entreprises internet avec des activités commerciales, nous nous associons à des banques et des émetteurs de cartes bancaires pour offrir des services comme le chat (une messagerie instantanée) avec les clients et la gestion de compte. Les comptes courants liés aux pages Facebook permettent à leurs propriétaires de recevoir en temps réel des actualisations sur Messenger et peuvent ainsi garder les traces sur les données de leurs transactions, comme des reçus de caisse, les dates de livraisons et le solde de leurs comptes courants. Nous n’utilisons pas ces informations à des fins publicitaires.

C’est par ces mots que le porte-parole de Facebook s’est expliqué sur ces négociations entamées avec les banques. Le réseau social ne cache pas ses intentions : il souhaite connaître les soldes de vos comptes et vos historiques d’achats. Des données ultra-sensibles que les utilisateurs ne donnent pas facilement. Pour les convaincre, Facebook vante le côté pratique : pouvoir exploiter ces données lui permettra de fournir des informations en temps réel sur les achats (factures, dates de livraisons, tickets de caisse etc.) ainsi que le solde du compte courant via Messenger.

Pour séduire les banques, Facebook met son principal atout : le nombre d’utilisateurs de ses applications et particulièrement Messenger qui compte 1,3 milliard d’utilisateurs actifs. En échange des données bancaires, Facebook s’engage à diffuser les offres des banques partenaires sur son service de messagerie. Habile.

Facebook : ses utilisateurs se méfient

Cette révélation du Wall Street Journal et les déclarations de Facebook ont été accueillies avec une certaine perplexité. Car l’ombre du scandale Cambridge Analytica plane toujours au dessus du géant américain. A cela s’ajoutent d’autres polémiques liées à la modération parfois incompréhensible du réseau social. Facebook a également dû faire face à de nombreuses critiques suite à l’élection de Donald Trump : il était accusé de ne pas filtrer les fake news. Il est donc peut-être un peu tôt pour demander aux utilisateurs de fournir leurs données bancaires. Vous le feriez vous ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !