Couverture 4G : bras de fer entre le gouvernement et les opérateurs

Maj. le 9 mars 2018 à 13 h 56 min

Les récentes sorties du gouvernement sur la nécessité d’augmenter drastiquement les investissements pour offrir une meilleure couverture haut débit et très haut débit aux Français a du mal à passer chez les opérateurs, qui estiment que les efforts demandés sont bien trop importants. Au cœur de ce bras de fer : la volonté des autorités d’installer 15 000 sites supplémentaires.

quatre opérateurs

Nous n’avons pas fini d’entendre parler du bras de fer opposant le gouvernement et les opérateurs français sur le sujet de la couverture haut débit pour tous en 2020 et très haut débit en 2022. D’après Les Échos, Orange, Free, SFR et Bouygues Telecom n’auraient vraiment pas apprécié une proposition de l’Arcep (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes). Le régulateur des télécoms et médiateur entre l’État et les opérateurs aurait proposé la création de 15 000 nouveaux sites, à ajouter aux 33 000 déjà en service. « Délirant », selon un responsable de l’industrie.

Le gouvernement ne veut pas laisser le choix aux opérateurs

Pour inciter les opérateurs à jouer le jeu et investir en masse dans le réseau 4G, le gouvernement propose de s’arranger sur les licences 3G. Orange et SFR avaient signé un contrat de 20 ans en 2001, Bouygues en 2002. Ils arrivent donc bientôt à expiration et les négociations de renouvellement doivent avoir lieu en 2019. Le deal est simple : accorder le renouvellement des licences 3G contre peu ou rien mais passer à la caisse pour développer la 4G sur l’ensemble du territoire. Une situation qui bénéficie à Free, qui n’est pas concerné, et qui tente de pousser pour profiter de plus de mutualisation. « Après l’itinérance en 2012, Free voudrait faire un deuxième ‘casse du siècle‘ », n’en revient pas un acteur du secteur, rapporte Les Échos.

Lors du dernier congrès des maires, Emmanuel Macron promettait le Très Haut Débit pour tous dès 2022 et menaçait les opérateurs. « Les engagements conclus d’ici la fin de l’année avec les opérateurs seront contraignants, traduits de manière législative et donneront lieu à des sanctions pécuniaires et la possibilité de l’Etat de se substituer (aux opérateurs) », déclarait-il. Au même événement un jour plus tôt, le secrétaire d’Etat à la Cohésion des Territoires Julien Denormandie mettait déjà la pression sur les opérateurs pour atteindre les objectifs du Plan France Très Haut Débit, leur demandant d’avoir « mal ».

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Orange n’utilisera pas d’équipement Huawei pour déployer la 5G en France

Orange ne prévoit pas d’utiliser d’équipement Huawei en France pour le déploiement de la 5G en France. L’opérateur qui n’utilisait déjà que très peu d’équipements du constructeur, ne s’interdit néanmoins pas d’utiliser du matériel Huawei dans d’autres marchés. Ericsson apparaîtrait…

Selon Orange, l’ADSL ne sera pas remplacé avant 10 à 15 ans

Pour Orange, la technologie ADSL a encore de belles années devant elle. L’opérateur historique assure que le déploiement du réseau de fibre optique, censé remplacer le cuivre, prend énormément de temps et ne permettra pas de relier tous les français. Dans ces…