Deux cas d’homicides non élucidés à cause du chiffrement des smartphones des victimes

 

Mis en place l’an dernier sur Android et iOS, le chiffrement des smartphones pose de sérieux problèmes à la justice, en particulier lorsqu’il s’agit du smartphone d’une victime d’homicide et que la police se retrouve dans l’impossibilité d’accéder à ses données personnelles. Il y a deux mois, le procureur de Paris se ralliait aux procureurs de Manhattan et de la Haute Cour espagnole et au Commissaire de Londres dans leur lutte contre les pratiques d’Apple et de Google. Aujourd’hui, voilà que le débat repart de plus belle de l’autre côté de l’Atlantique.

chiffrement smartphones
Le chiffrement, pour ou contre ?

Si la plupart des smartphones chiffrés entre les mains de la justice sont ceux d’individus suspectés de crime, il peut aussi s’agir des smartphones des victimes. C’est d’ailleurs ce qui se passe actuellement dans le cadre de deux cas d’homicides non élucidés dans les villes de Baton Rouge (Louisiane) et Evanston (Illinois). Or les données personnelles des victimes qui pourraient éventuellement permettre à la justice de résoudre l’enquête autour de ces deux meurtres, sont chiffrées et donc inaccessibles.

Actuellement de plus en plus de smartphones sont chiffrés. C’est notamment le cas des iPhone depuis iOS 8 et des smartphones Android depuis Lollipop, bien que Google ait retiré le chiffrement par défaut. Le procureur de Manhattan a d’ailleurs récemment déclaré avoir récupéré depuis fin août plus de 100 iPhone chiffrés et donc totalement inutilisables dans le cadre d’une enquête.

En outre, 16 procureurs de districts américains ont écrit au Sénat, réclamant l’instauration d’une loi pour forcer les constructeurs à contourner le chiffrement dans le cas où la justice en aurait besoin. Pourtant les avis sont très tranchés car, de son côté, le directeur du FBI, James Comey est contre l’instauration d’une telle lesgislation.

De leur côté, Google et Apple rappellent que le chiffrement est un processus « à sens unique ». Il ne leur est donc pas possible de déchiffrer les données d’un utilisateur ayant opté pour ce moyen de sécurisation ou disposant d’un appareil sur lequel le chiffrement est activé par défaut.

Un sujet qui a toujours prêté à controverse depuis sa mise en œuvre l’an dernier. A l’époque, les réactions furent très vives, notamment du côté de la justice américaine qui déclarait alors que le chiffrement des smartphones mènerait à la mort d’enfants. Depuis, les représentants de la justice d’autre pays ont rejoint les USA dans ce combat. Un combat qui certes, peut sembler légitime mais qu’advient-il de la vie privée de l’utilisateur ?

Via



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
top 200 pires mots passe 2020
Voici le top 200 des pires mots de passe de 2020

Le top 200 des pires mots de passe de l’année 2020 est désormais disponible. Comme tous les ans, l’indémodable 123456 arrive en tête du classement. Parmi les thématiques favorites des internautes, on trouve le divertissement, les grossièretés, les prénoms ou les suites de chiffres….

tesla powerwall faille
Tesla : une importante faille de sécurité menace les batteries Powerwall

Des chercheurs en sécurité informatique ont détecté une faille de sécurité importante dans le Tesla Backup Gateway, le système qui gère les connexions au réseau des Powerwall, les batteries de stockage d’énergie domestiques du constructeur. En 2015, Tesla a lancé…

carte sim arnaque
Elle se fait pirater sa carte SIM et perd 17 000 €

Un pirate a réussi à pirater la carte SIM d’une utilisatrice à de multiples reprises, interceptant à sa place les SMS de double authentification. Malgré de nombreuses tentatives pour stopper le processus, le hacker a réussi à voler 17 000…