Des batteries flexibles et imprimables pour nos objets connectés

Maj. le 20 janvier 2015 à 23 h 02 min

Imprint Energy, une startup californienne, est en train de développer des batteries flexibles, fines et imprimable en 3D sur des imprimantes industrielles classiques.

batterie flexible objets connectés

La recherche concernant l’énergie est décidément intensive. Nous vous présentions récemment une technologie permettant de produire de l’électricité avec de l’humidité ou de multiplier l’autonomie des batteries par trois grâce à du sable. Aujourd’hui c’est à la rigidité et à la taille de ces items importants et oh combien limités qu’Imprint s’attaque.

Grâce à 6 millions de dollars débloqués -notamment auprès du co-fondateur de yahoo et auprès de In-Q-Tel, qui n’est ni plus ni moins que l’entreprise développant les technologies utilisées par la CIA – la société peut poursuivre le développement et assurer le lancement commercial de sa technologie.

L’approche de la compagnie est de faire des batteries inoffensives pour pouvoir se poser sur le corps. Les batteries classiques sont au lithium, produit nocif réagissant à l’air et exigeant d’être protégé. Ceci impose aux batteries lithium l’épaisseur et la rigidité. Les batteries d’Imprint Energy sont en zinc, plus stable et donc non nocives.

Evidemment, leur taille et leur flexibilité permettra de créer des appareils qu’on aurait jamais pu dessiner avec les batteries lithium rigides. Il ne s’agit pas là des premières batteries fines et flexibles et il ne s’agit même pas des premières batteries en zinc. En revanche ces deux technologies avaient leurs limites propres.

Les batteries flexibles utilisaient le lithium, avec ce qu’on sait de sa toxicité, mais étaient rechargeables. Elles étaient également chères, ce qui est évidemment une vrai limite dans la production de masse. Les batteries zinc imprimables existaient également, mais étaient non rechargeables. Imprint a gagné le pari de prendre le meilleur des deux.

Au delà de ça, la compagnie développe un standard d’évaluation qui permettra de comparer les performances des batteries souples. Elle a déjà pu observer grâce à ces tests que les batteries se déclarant flexibles ratent totalement l’évaluation et qu’après moins de 1000 pliures, elles perdent de leur performances.

La question des batteries, de leurs dimensions et de leur rigidité est évidemment une des limites du développement de nos technologies. Imaginer avoir de tels objets rechargeables, fins et adaptables à n’importe quelle objet permettra évidemment aux créateurs de nouvelles technologies de raisonner avec moins de limites encore, pour des objets du quotidien toujours plus ergonomiques.

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
eBay.com lance un programme de reprise immédiate de smartphone

eBay.com vient de lancer un programme de reprise immédiate de smartphones. Réservé pour le moment à la version américaine du site, et à une sélection de smartphones, ce programme permet de récupérer immédiatement plus d’argent que chez la plupart des…