Attentats de Paris : Facebook, Google et Twitter attaqués en justice pour avoir aidé Daesh

Maj. le 26 octobre 2018 à 11 h 21 min

Facebook, Google et Twitter viennent d’être attaqués en justice pour un motif auquel il ne s’attendaient certainement pas. Le père d’une victime des attentats de Paris a porté plainte contre les géants américains, estimant qu’ils aidaient Daesh à accomplir leur tâche.

jeune homme 18 ans prison twitter

Reynaldo Gonzalez est le père de Nohemi Gonzalez, l’un des victimes des tragiques attentats de Paris survenus en Novembre dernier et ayant donné la mort à 129 personnes. Ce citoyen américain a porté plainte mardi contre Facebook, Google et Twitter auprès du tribunal de première instance du district nord de Californie.

Ce père de famille accuse les trois géants d’avoir « sciemment » permis l’organisation des attentats. Pour lui, les moyens fournis par les trois grandes entreprises ont permis à Daesh de mettre au point leurs plans.

Facebook, Google et Twitter auraient permis aux terroristes non seulement d’attirer des membres mais aussi de se financer et de diffuser leurs messages de haine. C’est en tout cas sur ces questions que va se pencher le tribunal si le procès a lieu.

Facebook, Google et Twitter jugent ces accusations « sans fondement »

Suite à ces accusations, Facebook, Google et Twitter n’ont pas tarder à se faire entendre. Il faut dire que les accusations sont graves et qu’elles touchent un sujet sensible. Ainsi, les trois géants expliquent qu’ils ne sont en aucun cas impliqués dans les attentats et qu’ils luttent même contre la propagande terroriste et les discours de haine sur le web. Dans les faits, il faut bien avouer que leur efficacité concernant ce sujet peut être pointée du doigt.

Sur Twitter, les comptes de Daesh pullulent et la politique de censure de Facebook est loin d’être logique. On a déjà vu le réseau social interdire des images de nus artistiques et laisser des vidéos d’exécution. Il y a quelques jours par exemple, le terroriste ayant exécuté deux policiers a pu diffuser un message en direct sur Facebook Live depuis le domicile des victimes.

Par ailleurs, comme le dénonçait le gouvernement français, l’algorithme de suggestion des réseaux permet de mettre en contact avec les terroristes des jeunes sur le point de se radicaliser.

Une condamnation semble improbable

Malgré ces éléments qui semblent démontrer que les réseaux sociaux contribuent malgré eux à l’enrôlement des terroristes et à leur stratégie de communication, il y a peu de chances pour qu’une condamnation soit prononcée.

En effet, la plainte touche indirectement à la liberté d’expression des utilisateurs, ce qui est un principe constitutionnel aux Etats-Unis. Il s’agit en fait du premier amendement de la constitution des Etats -Unis. Autant dire que c’est un indéboulonnable.

Dans tous les cas de figure, difficile de condamner ces réseaux. D’abord parce qu’ils mettent leur service à disposition du public, et qu’ils ne sont donc pas responsables des discours de chacun. En revanche ils sont responsables de la modération.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Twitter en panne pendant une heure : que s’est-il passé ?

Twitter était inaccessible pendant environ une heure dans la soirée du jeudi 11 juillet 2019. Le réseau social évoque un « changement de configuration interne » comme cause du problème technique. Pour le plus grand bonheur de Donald Trump, tout est désormais…

Instagram affiche désormais une popup anti-harcèlement en cas d’insultes

Instagram lance plusieurs fonctionnalités contre le harcèlement : l’application affiche désormais un message incitant l’utilisateur à modifier son message lorsqu’il poste des insultes, mais offre également un nouvel outil, « Restrict » aux utilisateurs pour bloquer ou restreindre les commentaires malveillants postés…

Instagram assure ne pas espionner vos messages

Instagram n’espionne pas vos messages pour vous diffuser des pubs ciblées, assure Adam Mosseri, le patron du réseau social. La plateforme, tout comme Facebook ou encore Google sont régulièrement accusés d’être envahissants sur la vie privée des utilisateurs. Jusqu’où vont-ils…

Facebook est prêt à payer pour pouvoir vous espionner

Facebook veut encore et toujours nos données personnelles. Mais cette fois, le réseau social est prêt à récompenser les utilisateurs qui acceptent de lui fournir plutôt que de les espionner sans leur consentement. Avec Study, la firme de Mark Zuckerberg…

Instagram : des pubs d’influenceurs vont envahir votre fil d’actualité

Instagram permet désormais aux marques de diffuser de booster les publications d’influenceurs sous forme de pubs. Autrement dit, le réseau social veut développer le concept des contenus doublement sponsorisés. Conséquence, vous risquez de voir des publicités d’influenceurs envahir votre fil…